Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2009

La théorie du panda de Pascal Garnier

Aujourd'hui, je reviens sur un livre de l'année dernière qui m'a beaucoup plu : La théorie du panda. Pascal Garnier me séduit par sa poésie, un univers "noir" , un ton subtile et ironique et sa profonde humanité.
Pour les personnes qui le rencontrent, Gabriel est un être à la fois insaisissable, intriguant et attachant. Il fait le bonheur des autres et réconforte les gens dans leur quotidien. Mais lui dans tout ça ? Que ressent-il ? Tout semble lui convenir, prend le vent comme il vient et se laisse porter. Cet "ange" tombé du ciel cache lui aussi sa part d’ombre. Poour moi, ce roman est  atypique. Il va à contre courant de la littérature française parfois trop morose à mon goût. L’écriture est très belle et vous saisit en plein coeur. Un roman qui laisse des traces après lecture et auquel on repense.
Résumé de l'éditeur : "Grâce à ses talents de cuisinier et à son charisme indolent, Gabriel - à peine débarqué d’on ne sait où - tisse des lien…

Fine mouche de Brigitte Fontaine

Fine mouche....en babouche....voici le nouveau single de Brigitte !!! En écoute ici 

L' Enfer à Niort

C'est donc à Niort que nous sommes allés voir L'Enfer de Henri-Georges Clouzot.

Que dire sinon que :


la douceur de Guillaume et Sylvie à mes côtés dans ce décor :


il y avait ça :


et surtout ça :

alors tant pis si on ratera ça :


parce que'il restera toujours ça :

Un homme accidentel de Philippe Besson

Les lecteurs de Philippe Besson seront ravis de retrouver le talent sa plume. C’est à chaque fois un plaisir de se plonger dans ses romans que l’on lit d’un bout à l’autre sans relever le nez. Nous retrouvons toujours la même sensibilité dans les rapports que Besson aime à décortiquer. Cependant, il quitte un temps les plaisirs durasiens de son écriture pour nous offrir un style encore plus direct, percutant et résolument plus masculin, qui colle parfaitement à son histoire. La rencontre "accidentelle" de deux hommes qui n’auraient jamais du se rencontrer. 

Dans un décor de l’Amérique de Bush (le père, les clins d’oeil et les échos avec aujourd’hui sont saisissants et finement distillés), un simple flic dont la vie semble tracer (une femme amante, un bébé prêt à arriver) tombe amoureux d’une jeune star que tout le monde s’arrache. Les deux hommes parlent très peu, leurs regards disent tout. Besson prend son lecteur au dépourvu comme ses personnages. Les deux hommes se sentent…

D'amour et dope fraîche de Caryl Férey et Sophie Couronne

Le Poulpe est pour 15 jours en Thalasso, du coté de Font-Romeu, pour soigner une vilaine sciatique, tandis qu’à quelques kilomètres s’entrainent les athlètes qui iront bientôt défendre les couleurs de la France aux Jeux Olympiques. Lors d’une ballade en montagne, Gabriel assiste à une scène hallucinante : un grand gaillard aussi noir que nu dévale à fond de train un sentier pentu qui se termine par un ravin... Pendant ce temps là, à Paris, Chéryl qui tentait de retrouver la trace de Laetitia, une amie qui n’a plus donné signe de vie depuis une semaine, se réveille à l’hopital. Elle a été droguée, violée et laissée pour morte sur un trottoir du 7e arrondissement. Quelques jours plus tard, Chéryl apprend que le corps de son amie a été retrouvé enterré dans un coin de forêt. Nos tourtereaux, qui s’écrivent mais se gardent bien d’inquiéter l’autre en lui racontant ses mésaventures, se lancent chacun de leur coté dans une petite enquête.
Si vous voulez rire, allez y les yeux fermés ! Sophie …

Petits Pommés (Musique : Orange Appled by Cocteau Twins)

90 grammes de farine + 1 grain de sel
1 cuillère à café de levure
90 grammes de sucre en poudre
6 cl d'huile
2 oeufs
1 pomme épluchée

Mêler tous les ingrédients dans l'ordre et versez dans les petits moules beurrés. Emincez la pomme en fines lamelles et disposez 3 ou 4 petis morceaux sur chaque gâteau et faire cuire 10 à 12 minutes à four chaud. (th.7 ou 225°)

démoulez ausitôt et dégustez tiède ou froid.
Cette recette automnale est parfaite pour les week-ends où l'on veut se réchauffer à la chaleur de délicieuses pâtisseries.

Flannery O'Connor Forever

Et c'est reparti, comme à chaque nouvelle édition, ou réédition plutôt, des oeuvres de Flannery O'Connor, il me prend l'envie de la redécouvrir. A l'infini ses nouvelles surtout nous montrent un monde qui s'accorde, non pas à nos désirs mais à nos cauchemars.

Lorsque j'ai découvert son travail alors que j'habitais en Irlande en 1992, je me souviens de cette impression tenace de se dire, oui, là il y a quelque chose qui se passe. Quelque chose de rare, de précieux, qu'il me faut garder.

J'ai gardé cet amour de ses mots, ces mots qui sonnent faux c'est à dire tellement vrai. C'est à dire déplacés, comme la "Personne déplacée" qui donne son nom à la nouvelle: "Suivie du paon, Mrs Shortley gagna la colline où elle avait décidé de prendre position. A les voir l'un derrrière l'autre sur le chemin, on songeait à quelque procession." Des paons qui grignotent des croûtes, des femmes handicapées à qui il manque une jamb…

De cendre et d'os de John Harvey

Franck Elder reprend du service sur un nouveau meurtre, celui d’un sergent de police qu’il a connu des années auparavant. On retrouve avec plaisir les personnages qu’on avait laissés dans "De chair et de sang". Ce qui fait la qualité et le talent de Harvey, c’est avant tout son écriture sincère et délicate. Les personnages attachants ont une âme, un coeur, un passé. Comme dans ses autres romans que j’ai pu lire, l’intrigue est plus complexe qu’il n’y paraît. Les histoires s’entrecroisent, le passé ressurgit avec son cortège de boue et de douleurs. La magie s’opère lorsque le sac de noeud se défait, mais des noeuds que l’écrivain prend le temps et un malin plaisir de défaire petit à petit, lentement.
"De chair et de sang", "De cendre et d'os" et "D'ombre et de lumière" constituent une nouvelle série pour John Harvey, celle de Franck Elder. L'écrivain avait largement fait ses preuves avec une première série consacrée à l'inspecteu…

L'Enfer de Henri-Georges Clouzot

L'Enfer de Henri-Georges Clouzot, découvert, sorti d'un grenier, vu à travers la petite fenêtre d'internet. Mon désir de le voir en salle est grand. Et ce sera à Niort à la fin du mois. Du coup, en cherchant sur IMDB, je découvre que Henri-Georges Clouzot lui-même est né à Niort. On fera de tout cela un voyage entre amis. Que j'ai hâte...


Une vidéo magnifique des essais de Romy Schneider, si belle. Un article écrit il y a quinze ans, l'impatience était déjà grande



Brouillages de John Hallur Stefansson

La cellule familiale de Björn est en crise. Découchant de plus en plus en plus souvent, il cherche maladroitement à cacher la vérité à sa femme et à ses enfants. Son fils et son meilleur copain comptent bien découvrir la vérité sur les aventures extra conjugales du père et faire exploser les tensions qui règne à la maison. Quand la jalousie, les rancœurs, la méfiance et la vengeance ou simplement le désespoir entrent par la porte de la vie quotidienne de chacun des personnages de ce roman...l’issue ne peut être que dramatique. Cet auteur islandais, pour son premier roman sait vous captiver en décrivant des personnages en chute libre, en perte de repères dans une société de plus en plus mesquine, qui vous plonge la tête sous l’eau à la moindre erreur de parcours.

Brouillages - Jon Hallur Stefansson - Gaïa - 2008 (traduit de l'islandais)

La piscine de Jacques Deray

Nous avons revu "La piscine" de Jacques Deray dans sa version anglaise. En septembre 1968, lors du tournage, après chaque prise, les acteurs rejouaient la scène en anglais, version destinée au marché américain (ce qui ne serait plus concevable aujourd'hui !!!). Nous retrouvons le duo Alain Delon /Maurice Ronet, réuni une première fois dans "Plein Soleil" de René Clément, qui fonctionne toujours aussi bien. Romy Shneider est éblouissante. Le DVD édition prestige propose une fin alternative pour le marché américain qui donne un tout autre regard sur le film.



La musique du film est signée Michel Legrand et ajoute indéniablement une "couleur" singulière au film. La B.O.F. est disponible dans la collection "Ecoutez le cinéma" (Emarcy). Une fois de plus, François Ozon nous offre des clins d'oeil direct dans son film "Swimming pool".

The women vs 8 femmes

Hier soir, séance de rattrapage. Nous avons regardé "The women" de George Cukor (1939) un des films qui a inspiré fortement François Ozon pour son film "8 femmes" (2002). The women est terriblement audacieux, énergique, volubile. Isabelle Huppert a repris toutes les mimiques et manières d'une des actrices de 1939, c'est bleffant ! Merci Ozon de nous avoir fait connaître ce film et surtout merci George Cukor !
site officiel de François Ozon


THE WOMEN(1939)(Dir.George Cukor)(USA)


8 Femmes - Trailer

Vampyre de Suehiro Maruo

Je ne suis pas sorti indemne à la lecture de ce manga. Il est très dérangeant et fascinant à la fois. Les adolescents y sont à la fois cruels, vicieux, pervers et naïfs. Certaines scènes vous scotchent d’effroi. Certaines planches sont de véritables chefs d’oeuvre sur lesquels je suis resté bouche bée. Ames sensibles s’abstenir ! Les éditions Le Lézard noir font un très beau travail éditorial. Et dire qu'ils publient aussi Moomin....



blog du Lézard noir
site du Lézard noir

Le groom vert-de-gris - Schwartz et Yann

1942. Bruxelles est occupé. Spirou, groom au Moustic Hôtel qui a été réquisitionné par les Allemands, et Fantasio, journaliste au quotidien LE SOIR “volé”, se reprochent mutuellement leur trop grande proximité avec l’Occupant. Mais ce que Fantasio ignore, c’est que Spirou, sous le nom de code d’écureuil wallon, est en fait un membre très actif de la Résistance. Le colonel Von Knochen, principal locataire du Moustic Hôtel, s’apprête justement à piéger un des plus importants réseaux de la résistance belge. Spirou parviendra-t-il à empêcher ce diabolique coup de filet ? Et réussira-t-il à échapper aux soupçons du colonel et aux griffes des Nazis ?

J'avais lu des critiques à la fois élogieuses de cet album et assassines (notamment Sfar) Ca m'énerve beaucoup ces polémiques et analyses pseudo intellos....ah la la....

En ce qui me concerne, cette nouvelle aventure m’a beaucoup plu. J'ai plongé dedans comme un vrai gosse que je suis et cela m'a rappelé le bonheur que j'a…

La grande évasion de Mickey 3d

Je suis tombé dessus un peu par hasard...et après une première écoute, très très bonne surprise !!! Coups de coeur pour le première chanson "Playmobil" et le single "Méfie toi l'escargot"  en écoute sur le myspace de l'artiste : ICI

Sur la route et autres romans de Jack Kérouac

Depuis le temps que je lorgnais sur cette compilation de romans de Jack Kerouac...J'en ai au moins pour 10 ans :).
Ce volume contient les principaux romans de la « légende de Duluoz », le cycle autobiographique conçu par Kerouac lui-même : Sur la route ; Visions de Cody (Ire partie) ; Les Souterrains ; Tristessa ; Les Clochards célestes ; Big Sur ; Vanité de Duluoz avec : L'Écrit de l'éternité d'or ; des poèmes : « Bowery Blues », « MacDougal Street Blues » ; des articles : « Contrecoup : la philosophie de la Beat Generation », « Principes de la prose spontanée », « Le dernier mot », « À quoi je suis en train de penser » ; un choix de lettres.

Le ruban blanc de Michael Haneke

Samedi soir, nous sommes allés voir le Ruban blanc, nouveau film de Michael Haneke.
Un village de l’Allemagne du Nord protestante. 1913/1914. A la veille de la première guerre mondiale. L’histoire des enfants et adolescents d’une chorale dirigée par l’instituteur du village, leurs familles : le baron, le régisseur, le pasteur, le médecin, la sage-femme, les paysans. D’étranges accidents surviennent et prennent peu à peu le caractère d’un rituel punitif. Qui se cache derrière tout cela ?
Voici un extrait d'un article avec lequel nous partageons tout à fait les apparences : "Avec Le ruban blanc, une oeuvre en noir et blanc qui en apparence lorgne vers les terres de Bergman, il promet de se renouveler. Dès les premières images, on pense au Village des damnés (les enfants possédés par une entité maléfique), au Journal d'une femme de chambre (Buñuel et son éclair prophétique dans le ciel en guise de conclusion) en passant par Le Village, de M. Night Shyamalan (dérèglement te…