Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du août, 2011

Il genio

Il videoclip ufficiale di "Roberta", il brano interpretato da Il Genio e ispirato all'omonimo personaggio della celebre serie televisiva Romanzo Criminale.


Nous avions découvert le 1er album de ce duo il y a deux ans en Italie (merci les boys ;) voir la vidéo de Pop Porno) voici le premier single du 2ème album  Vivere negli anni X, sorti en 2010.


Clip du 2ème single de leur 1er album.

La lagune des mensonges de François Darnaudet

Voila un roman complètement déjanté qui nous a beaucoup plu. 
Tom est détective de l'agence bordelaise HPL. Lors de la convention de la bande dessinée d'Angoulême, il rencontre un jeune homme Dominique qui devient rapidement son amant. Il lui propose d'aller à Venise à bord de sa moto. Accident. Sur le bord de l'autoroute ils sont accostés par un étrange messager qui leur donne rendez-vous à Venise. Arrivés sur place, ils s'aperçoivent qu'ils ne sont pas les seuls invités du Dottore Bissolatti. Mais retrouver la trace de celui-ci ne sera finalement pas une partie de plaisir dans la lagune des mensonges.
Ce roman est truffé de références de la littérature fantastique et de science-fiction. Mais rassurez-vous : même si vous n'avez pas lu Lovecraft, Herbert ou Moorcock, vous prendrez quand même un grand plaisir à plonger dans cette aventure qui dépote à 200 %.  Combats contres vampire, explorations souterraines, monstres dégoulinants et baveux sont au program…

La piel que habito de Pedro Almodovar

Pour Fabien, le film ne lui a procuré aucune émotion vis à vis des personnages. En revanche, le travail sublime qu'a fait Almodovar sur l'esthétisme, l'art qui peut sauver une âme et l'hommage à Louise Bourgeois ont été les points forts.
Pour moi, La peil que habito est un très bon film d'Almodovar qui me réconcilie avec le réalisateur (ses 2 derniers films Etreintes brisées et Volver ne m'avaient pas plus convaincus que ça). L'hisoire est déroutante et assez linéaire pour un Almodovar où les histoires à tiroirs sont moins nombreuses et compliqées que dans certains de ses autres films (Tout sur ma mère, La mauvaise éducation...). Les acteurs sont irréprochables. La froideur d'Antonio Banderas peut désarçonner mais colle parfaitement à ce professeur fou.
Je pense que ce film divisera sans aucun doute les amateurs du réalisateur. Certains trouveront qu'Amodovar est un peu trop sage comme le souligne Traversay avec qui je partage en partie son point d…

I love you dude by Digitalism

Dans la famille Daft Punk, je voudrais le grand frère. Un album électro-pop très réjouissant, qui donne la patate, parfait pour nous emmener vers la fin de l'été qui s'obstine à nous priver du soleil trop souvent.
http://www.thedigitalism.com

Fahrenheit 451 de Ray Bradbury

- Depuis combien de temps êtes-vous pompier ? - Depuis l'âge de vingt ans. Ca fait dix ans. - Vous arrive-t il de lire les livres que vous brûlez ? Il éclata de rire. - C'est contre la loi ! - Ah oui, c'est vrai. - C'est un chouette boulot. Le lundi, brûle Millay, le mercredi, Whiteman, le vendredi Faulkner, réduis-les en cendres, et puis brûle les cendres. C'est notre slogan officiel.(...) - C'est vrai qu'autrefois les pompiers éteignaient le feu au lieu de l'allumer ? - Non. Les maisons ont toujours été ignifugées, croyez-moi. - Bizarre. J'ai entendu dire qu'autrefois, il était courant que les maisons prennent feu par accident et qu'on avait besoin de pompiers pour éteindre les incendies. Il s'esclaffa.

Melancholia de Lars Von Trier

Depuis quelques années, je n'allais plus vraiment voir les films de Lars Von Trier au cinéma. C'est aujourd'hui que je le regrette car il va me falloir saisir tout cet entre-deux qui lui a permis d'en arriver là. En fait, le Dogme m'intéressait toujours mais je croyais (à tort surement) qu'il était arrivé à un point final. C'est la fin, celle du monde, de la planète, de la vie, qu'il met ici en scène avec un talent fou. De nouveau, la caméra vibre et nous rappelle, comme le faisait déjà la nouvelle vague, que ne pas tout comprendre (c'est à dire au cinéma ne pas tout voir, ne pas tout entendre) c'est déjà imaginer. Saisir par là un sens plus vaste. Lars Von Trier propose de nous emmener, de nous accompagner donc, jusqu'à la fin. Celle du monde, de la vie, de la famille aussi. La structure du film utilise beaucoup le binaire : deux soeurs (Justine et Claire), deux parties qui leur sont dédiées, deux planètes, la famille déchirée entre l'…

My Bloody Valentine : You made me realise

Tandis que je réécoute ce single ce matin, je réalise quelque chose moi aussi. Je l'ai acheté en 1988 c'est à dire il y a 23 ans... ça laisse rêveur. Aussi, de repenser à toutes les situations et les lieux où ce cd est passé. La nuit, le jour, la mer, l'océan, la terre, la montagne, les lacs. A l'intérieur et à l'extérieur. Le sable. Et le son. FORT. Toujours. Avec ce goût de l'été qui avance, une de ses faces B inoubliable : cigarette in your bed. De ce temps où, oui, on fumait au lit, comme dans ces scènes de cinéma, forcément.
Ce qu'ils ont fait après, m'a toujours semblé n'être que poursuite du vent. Mais réentendre ici la voix de Bilinda Butcher, quel enchantement toujours recommencé!

MaryJanice Davidson se lâche!

Déjà le quatrième volume de la série Vampire et ... Cette fois-ci, notre héroïne comique favorite doit se marier avec le beau Sinclair. Je décide d'écrire sur ce volume alors que j'en ai commencé la lecture hier et que je l'achèverai probablement dès tout à l'heure. En parler avant d' en finir la lecture parce que ce qui me plaît avant tout dans cette série c'est l'idée. L'idée qu'il soit possible de lire pour rire, pour ce plaisir de plonger dans tant de bêtise et de vulgarité. Car oui, plus le temps avance et plus la narratrice se permet de décrire les amours et en particulier la sexualité de nos deux protagonistes qui, depuis le volume 3, sont toujours plus prompts à aller vers le trash de bas étage. Tout y est survolé, on ne rentre jamais dans les détails, mais qu'est ce que ça fait du bien en vacances! Lecture conseillée à tous afin de se détendre et d'arrêter totalement de penser : de la lobotomie en barre comme je les aime.

Désolations (Caribou island) de David Vann

J'étais impatient de lire le 2ème roman de David Vann, après l'excellent Sukkwan island (voir ici et ici). In cold blog m'a fait saliver. Merci à Cécile pour le prêt du livre ;)
Sur les rives d’un lac glaciaire au cœur de la péninsule de Kenai, en Alaska, Irene et Gary ont construit leur vie, élevé deux enfants aujourd’hui adultes. Mais après trente années d’une vie sans éclat, Gary est déterminé à bâtir sur un îlot désolé la cabane dont il a toujours rêvé. Irene se résout à l’accompagner en dépit des inexplicables maux de tête qui l’assaillent et ne lui laissent aucun répit. Entraînée malgré elle dans l’obsession de son mari, elle le voit peu à peu s’enliser dans ce projet démesuré.
Les premières pages commencent directement par la construction de cette cabane sous une forte tempête sur Caribou island. Le décor est planté, l'ambiance aussi. L'auteur ne se contente pas de rester sur l'île mais s'attarde sur plusieurs histoires, celles de la fille d&…

Désolations de David Vann

David Vann présente son dernier roman Désolations en présence de son éditeur français Olivier Gallmeister. Rassurez-vous, cette vidéo ne dévoile rien de l'histoire ;)
Le livre paraîtra le 25 août prochain.(+ de détails). Extraits du roman.

Le désespoir des singes et autres bagatelles de Françoise Hardy

Cette autobiographie parue à l'automne 2008 fut une belle lecture d'été sur la plage. Françoise Hardy y est sincère, directe et profonde. Aucun voyeurisme. Une grande pudeur au contraire. Nous suivons le parcours artistique depuis ses 16 ans jusqu'à la fin 2007. Françoise Hardy nous rappelle que ses projets musicaux, sa création artistique sont intimement liés à sa vie personnelle, ses amours, ses doutes et ses angoisses. Sans oublier l'écriture de ses livres traitant de l'astrologie et de son travail à la radio. Ce livre apporte un éclairage indispensable lorsque l'on réécoute certaines de ses chansons qui apparaissent alors encore plus personnelles. 
Comme elle l'a souligné lors de la promotion de son livre, raconter en détail ses sessions d'enregistrements  l'ont vite ennuyé et elle a préféré écrire sur son intimité avec un éclairage presque psychanalytique. C'est cet aspect là qui m'a profondément plus. L'analyse de son métier, de sa…

Gouttes d'eau sur pierres brulantes revisité

Robin Guthrie makes my day

C'est avec un peu de retard que j'ai acheté récemment les deux derniers opus de Robin Guthrie : Bordeaux (en partenariat avec Harold Budd de nouveau) et Emeralds (en solo). Les deux ensemble oui, parce que c'est une musique dans laquelle on se baigne, dans laquelle on nage, dans laquelle on évolue. La première fois que j'avais écouté The Moon and the Melodies (des Cocteau Twins avec Harold Budd), je me rappelle, nous nous étions endormis, avec les amis de l'époque. C'était une après-midi d'été comme aujourd'hui, enfin, pas tout à fait quand même parce qu'il régnait alors un goût d'adolescence prolongée beaucoup plus fort. Quoi qu'il en soit, le résultat presque magique demeure : l'été se manifeste, le repos vient à nous et je me laisse porter, voguer, naviguer, sur ces sonorités rêvées. Et partagées ici :

Cake au chocolat et aux marrons (879 623 calories au minimum)

Bonjour,
Aujourd'hui découvrons ensemble une nouvelle recette tendance (!?). Fini les desserts caloriques ou bourratifs qui vous assomment en fin de repas. Place aux desserts légers et délicats.
Après le succès du cake à la crème de marrons (testé et approuvé par certains qui se reconnaîtront en lisant ce billet), voici la version chocolat. Car même si le cake était à claquer, il manquait notre ingrédient préféré, non ?
Pour 6 personnes
Ingrédients - 100 gr. de chocolat noir Nestlé dessert - 100 gr. de beurre - 4 oeufs - 500 gr. de crème de marrons Clément Faugier
Avant de commencer à cuisiner, faites préchauffer votre four à 150°.
- Faire fondre dans une casserole à feu doux le chocolat cassé en morceaux (avec une touche de lait) - Faire fondre le beurre - Dans un saladier, versez la crème de marrons puis les oeufs battus séparement. Mélangez bien. - Ajoutez le beurre fondu et votre chocolat devenu liquide. Mélangez à nouveau - Versez le tout dans un un moule à cake préalableme…

Cat's eyes

Après 2 albums avec son groupe The horrors, Faris Badwan s'est lancé dans un nouveau projet avec la chanteuse Rachel Zeffira. Après Broken glass, premier E.P. (voir la vidéo Love you anyway ci-dessous) sorti en février, leur 1er album est sorti en avril dernier.
Un album qui nous vient direct des sixties, à la fois lumineux et grave (surtout dans la 2ème moitié du disque). De belles ballades qui nous ont fait penser aux Shangri-Las. Coup de coeur pour le titre Face in the crowd.
Site officiel

Les aventures de Tintin et le secret de la licorne

La saison des massacres de Giancarlo De Cataldo

Après une plongée dans la mafia italienne des années 1970 et 1980 avec Romanzo criminale dont je parlais il y a peu de temps (ici) »,  voici la suite. L'auteur reprend là où il s'était arrêté, à savoir en 1992, où l'Italie fut secouée par de de nombreux attentats meurtriers.
J'avais très envie de retrouver l'ambiance du premier volet...mais rapidement, j'ai vite été déboussolé.
Un nouveau ton, une écriture différente....bon ça ok, pourquoi pas et même au contraire, c'est plutôt sympa....sauf que.
En plus d'être écrivain, j'oubliais que Giancarlo De Cataldo est aussi magistrat à Rome. Rapidement, il délaisse les actions de terrain et les intrigues de rues avec nos mafieux bien pourris pour s'attarder sur l'échiquier et les coulisses politiques... Ca devient vite compliqué. Heureusement qu'il y a une chronologie des années 1992/1993 au début du livre car on y retourne plus d'une fois pour être sûr de bien situer le pourquoi du comment…

Glasgow - Edinburgh

Une mine d'or à Glasgow
Le comic Walking dead version uk avec du beau papier glacé (beaucoup plus classe que l'édition française chez Delcourt ;))
True blood
Un très beau livre sur The king of pop a rempli les bagages pour le retour en France.
Et puis des (re)découvertes et quelques achats de disques  histoire de changer les habitudes ;) 

Happiness - Hurts - 2010 (notre coup de coeur de l'été) Cat's eyes - Cat's eyes - 2011 (belle découverte, on en reparlera bientôt) Fabric 57 - Agoria - 2011
Une magnifique pochette pour un best of incluant un DVD de clips
Five leaves left - Nick Drake - 1970 (un album de légende) God's own medecine - The mission - 2008 Together - Ella Fitzgerald & Louis Armstrong - 1956/1957 (2 albums originaux) Write about love - Belle and Sebastian - 2010
La dernière compilation assez sombre de Trentemoller avec une très belle reprise de Blue Hotel .
De quoi passer un bel été musical...