La Nuit des Temps de Barjavel

La Nuit des Temps de Barjavel omnibus


J'ai relu La Nuit des Temps de Barjavel. 

25 ans près l'avoir découvert, à l'adolescence bien sûr, j'ai été bouleversé durant ces vacances de Toussaint, au moins autant que dans les souvenirs que j'avais de cette lecture tout à fait unique.

Sur le blog de l'Oncle Paul, j'étais tombé sur une chronique intéressante et une couverture différente de celle que j'avais acquise durant mes années lycée et qu'une amie venait de me rendre après l'avoir emprunté et adoré évidemment.

En vadrouille à Saint-Jean de Luz chez Lulu, je l'ai racheté dans une autre édition, regroupée avec d'autres romans sous le titre général de Romans extraordinaires. L'objectif était bien de redécouvrir La Nuit des temps, mais aussi d'autres titres que j'avais aimés et certains dont j'ignore toujours tout à ce jour.

Eléa.

Personnage central de cette histoire immense. Retrouvée enterrée sous des tonnes de glace au pôle lors de recherches scientifiques.

A travers les objets et le lieu qui l'entourent, on découvre ce que le monde était il y a 900 000 ans.

Un monde beau, facile mais fragile. Et en guerre.

Une guerre si terrible qu'elle a causé la destruction du monde tel qu'on le connaissait alors, allant même jusqu'à changer l'inclinaison de la planète.

C'est cela, mais c'est avant tout une histoire d'amour. L'amour fou entre Eléa et Païkan (l'homme qui a partagé sa vie et bien plus dans le monde ultra développé de Gondawa) et celui entre Simon (scientifique d'aujourd'hui) et cette femme survivante de Gondawa, l'irrésistible Eléa toujours.

L'immense talent de Barjavel c'est de nous projeter dans les souvenirs d'Eléa ce qui permet, durant tout le temps de la lecture de croire profondément à ce monde, à cet univers qu'on ne peut pas abandonner. Il nous donne, grâce à cela, une connaissance encore plus grande de l'humanité et de ses déviances contemporaines. Au-delà du temps de la lecture, avouons qu'il y a, comme à l'adolescence, ceux qui ont lu La Nuit des temps et les autres. Car c'est un roman que l'on n'oublie pas, que l'on peut reprendre quel que soit son âge.

Je vous le conseille donc vivement et n'hésitez pas à commenter pour partager vos avis sur cette lecture vibrante.



Commentaires

Oncle Paul a dit…
Merci d'avoir ajouté un lien...
Yv a dit…
Lu comme toi, il y a longtemps, je devrais sans doute m'y remettre
Fabien MORISSET a dit…
Oui Yv! S'y remettre c'est enfoncer le goût encore plus profond de l'amour de la sf, de la lecture, des utopies perdues, déchues.Ré-essaye donc et tu nous diras.
vonnette a dit…
Moi aussi je l'ai lu à l'adolescence, et le souvenir de cette lecture est encore vibrant en moi...Qui peut oublier l'amour fou entre Eléa et Paikan !

A bientôt
Fabien MORISSET a dit…
A très bientôt alors, avec joie! J'ai découvert ce site hier : http://barjaweb.free.fr/
Passionnant lui aussi!
joseph a dit…
je l'ai lu et dévoré récemment pour deux raisons, un , aider un jeune ado à s'en sortir pour en faire la critique et le résumé, deux parce que le livre m'a passionné!
Fabien MORISSET a dit…
C'est vrai que c'est une lecture que l'on ne peut pas lacher. Un livre à dévorer!!! Merci de partager cet exemple.
Marcozeblog a dit…
Tu as des lectures très pointues, je ne connais pas 99% de ce que tu lis. C'est bien ! Je suis plus "mainstream" dans mes goûts. J'ai récemment rapatrié mes lectures sur un nouveau blog avec nouveau pseudo : chezsorel.blogspot.fr Rend-moi visite quand tu veux ;-) je suis en train de lire "Le grand secret" de Barjavel et envie de relire "La nuit des temps" ensuite. C'est juste passionnant !
Guillome a dit…
pointues ? oh je ne sais pas, diversifiées je dirais. Nous sommes deux à alimenter ce blog. Barjavel forever. Je passerais faire un tour sur ton blog avec plaisir. A +