Lescop

Lescop

Lescop (de son vrai nom Mathieu Pedupin) nous offre un premier album estampillé new-wave. A la première écoute, on pense à Etienne Daho ou Daniel Darc. Une musique très pop, des rythmes accrocheurs qui s'accordent parfaitement avec sa voix à la fois sombre et faussement désinvolte.

Côté scène, Lescop a cette allure frêle du jeune dandy, qui n'en est pourtant pas à son premier coup d'essai (il fut le chanteur du groupe rock “Asyl” formé à la La Rochelle dans les années 90). Avec une certaine noirceur dans ses textes, Lescop captive et nous entraîne dans un univers rock et poétique.

Coup de cœur pour le titre “La nuit américaine”. Lire l'article précédent.

Merci à toi, Fabien, pour m'avoir offert l'édition vinyl que je prend un plaisir à écouter tout en suivant les paroles sur la pochette du 33 tour !


Commentaires

Fabien MORISSET a dit…
Vive le vinyl et effectivement, quel format de rêve pour lire les paroles et admirer les images!
leunamme a dit…
Effectivement, un son très années 80, très Daho. L'extrait incite à aller voir plus loin.
Je confirme : vive le vinyl !
Guillome a dit…
je l'ai découvert avec ses premiers clips "la fôret" et "tokyo la nuit". et oui vive le vinyl qui restent des beaux objets comparés aux boîtiers cristals.
Jérôme a dit…
c'est vraiment bien!