Nos envies pour la rentrée littéraire 2016

Voici une mise à jour de ce billet (publié fin juillet)...

aquarium david vann gallmeister 2016

Evidemment, le nouveau roman de David Vann
Caitlin, douze ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d’une banlieue de Seattle. Afin d’échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l’école, elle court à l’aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette amitié et lui révèle le terrible secret qui les lie toutes deux à cet homme.(présentation éditeur)

L'heure de plomb bruce hubert

Hiver 1918. L’État de Washington connaît, durant un instant, l’Apocalypse : l’un des pires blizzards de l’histoire du pays balaie tout sur son passage. Perdus dans la neige, pétrifiés par le gel, des jumeaux de quatorze ans, Luke et Matt Lawson, sont recueillis in extremis par une femme qui tente de les ranimer à la chaleur de son corps. Seul Matt reprend vie. Le lendemain, le voilà devenu un homme, trop tôt et malgré lui. Car le désastre l’a également privé de son père, le laissant à la tête du ranch familial. Labeur, amour et violence, autant de découvertes pour Matt, qui se retrouve face à la beauté sauvage de cette terre, tentant de maintenir l’équilibre fragile entre les êtres qui l’entourent.(présentation éditeur

Encore rien lu de cet écrivain que j'ai envie de découvrir. 

David Treuer Et la vie nous emportera
Aout 1942. Avant de s'engager dans l'armée de l'air, Frankie Washburn rend une dernière visite à ses parents dans leur résidence d'été du Minnesota. Il y retrouve Félix, le vieil Indien en charge du domaine, dont il est plus proche qu'il ne l'est de son propre père. Mais aussi Billy, un jeune métis avec qui il a grandi et auquel l'unissent des sentiments très forts. Ce jour-là, au cours d'une battue pour retrouver un prisonnier de guerre allemand échappé du camp voisin, les trois hommes se retrouvent mêlés à un tragique accident dont ils tairont à jamais circonstances. Ce drame va bouleverser le destin des Washburn et de leurs proches, à l'image du conflit qui ravage le monde.
Un roman d'une puissance magnétique, aussi tendre que dévastateur, qui explore avec une infinie beauté les recoins les plus sombres de l'âme humaine.(présentation éditeur)

Anna Traduit de l'italien par Myriem Bouzaher Niccolo Ammaniti

Sicile, 2020. Un virus mortel, « la Rouge », a déferlé sur l’Europe quatre ans auparavant et décimé la population adulte ; les jeunes, eux, sont protégés jusqu'à l'âge de la puberté. Anna se retrouve seule avec Astor, son petit frère de quatre ans.
Elle doit affronter le monde extérieur avec ses cadavres, ses charognards, ses chiens errants et affamés, l’odeur pestilentielle, pour trouver, quand il en reste, des médicaments, des bougies, des piles, des boîtes de conserve, avec comme unique guide dans cette lutte pour la survie, le cahier d’instructions que lui a légué leur mère avant d’être emportée par la maladie.
Lorsqu’Astor disparaît, Anna part à sa recherche, prête à défier les bandes d’enfants sauvages qui errent à travers les rues désertes, les centres commerciaux et les bois. Mais l'ordre appartient au passé et les règles d'autrefois ont été oubliées. Pour réussir à sauver Astor, Anna va devoir en inventer de nouvelles, parcourant ce monde à l'abandon où la nature a repris ses droits, ne laissant que les vestiges d'une civilisation qui a couru à sa propre perte.
Une véritable odyssée des temps modernes où s'entremêlent lumière et ténèbres, un duel permanent entre la vie et la mort.(présentation éditeur)


La Double vie de Jesús Enrique SERNA
La ville de Cuernavaca est une poudrière dont tous les niveaux ont été infiltrés par les narcotrafiquants. La vie quotidienne est ponctuée par les échanges de coups de feu, la découverte de cadavres décapités, les cartels se disputent la place. Comment un homme disposé à défendre ses convictions jusqu’au bout, à mettre en pratique ses idéaux de légalité et de justice, peut-il se battre sur ce terrain miné ? Jesús a su, malgré la corruption ambiante, se tenir à l’écart des factions qui utilisent le pouvoir à des fins personnelles. Et il pense qu’il peut accéder à la mairie. Il va se retrouver dos au mur, pris entre les pouvoirs institutionnels et le crime organisé : menaces de mort, tentatives de corruption, scandales médiatiques, enlèvements, vengeances sanglantes… Mais dans le même temps il découvre l’amour de sa vie, un amour interdit et scandaleux, fatal pour la réputation d’un homme politique.(présentation éditeur)
J'avais bien aimé son autre roman Je serai roi.



Izumi, jeune mère célibataire, rencontre Chiyoko, lycéenne en classe de terminale, au moment où celle-ci s’apprête à se jeter sous un train. Quelques jours plus tard, elles feront l’amour sur la terrasse d’Izumi et ne se quitteront plus. Avec le petit Sosûke, le fils d’Izumi, elles trouvent refuge dans un village de montagne, sous le plus beau ciel étoilé du Japon, où Chiyoko donne naissance à la bien nommée Takara-le-miracle ; ils forment désormais la famille Takashima et dressent le pavillon arc-en-ciel sur le toit d’une maison d’hôtes, nouvelle en son genre.
Pas à pas, Ogawa Ito dessine le chemin parfois difficile, face à l’intolérance et aux préjugés, d’une famille pas comme les autres, et ne cesse jamais de nous prouver que l’amour est l’émotion dont les bienfaits sont les plus puissants.
On réserverait bien une chambre à la Maison d’hôtes de l’Arc-en-ciel ! (présentation de l'éditeur)




Dans le Montana, en 1980.
Autour de Pete, assistant social dévoué, gravite tout un monde d'écorchés vifs et d'âmes déséquilibrées. Il y a Beth, son ex infidèle et alcoolique, Rachel, leur fille de treize ans, en fugue dans les bas-fonds de Tacoma, Luke, son frère, recherché par la police.
Et puis il y a Cecil l'adolescent violent et sa mère droguée et hystérique, et ce jeune Benjamin, qui vit dans les bois environnants, avec son père, Jeremiah Pearl, un illuminé persuadé que l'apocalypse est proche, que la civilisation n'est que perversion et que le salut réside dans la survie et l'anarchie. Pearl qui s'est exclu de la société, peut-être par paranoïa, peut-être aussi pour cacher qu'il aurait tué son épouse et leurs cinq enfants.
Au milieu de cette cour des miracles, Pete pourrait être l'ange rédempteur, s'il n'était pas lui-même complètement perdu... (présentation de l'éditeur)





1982. Rasmus vient d’avoir son bac et quitte la Suède profonde pour la capitale. À Stockholm, il va pouvoir être enfin lui-même. Loin de ceux qui le traitent de sale pédé. Benjamin est Témoin de Jéhovah et vit dans le prosélytisme et les préceptes religieux inculqués par ses parents. Sa conviction vacille le jour où il frappe à la porte d’un homme qui l’accueille chaleureusement, et lui lance : « Tu le sais, au moins, que tu es homosexuel ? »
Rasmus et Benjamin vont s’aimer. Autour d’eux, une bande de jeunes gens, pleins de vie, qui se sont choisis comme vraie famille. Ils sont libres, insouciants. Quand arrive le sida. Certains n’ont plus que quelques mois, d’autres quelques années à vivre.
Face à une épidémie mortelle inconnue, toutes les politiques sociales ou sanitaires du « modèle suédois » échouent. Les malades séropositifs sont condamnés à l’isolement et à l’exclusion. 
Un témoignage unique sur les années sida, un roman bouleversant. (présentation de l'éditeur).

L'Homme qui mit fin à l'histoire (The Man Who Ended History: A Documentary , 2011)  de Ken LIU

Futur proche. Deux scientifiques mettent au point un procédé révolutionnaire permettant de retourner dans le passé. Une seule et unique fois par période visitée, pour une seule et unique personne, et sans aucune possibilité pour l'observateur d'interférer avec l'objet de son observation. Une révolution qui promet la vérité sur les périodes les plus obscures de l'histoire humaine. Plus de mensonges. Plus de secrets d'État.Créée en 1932 sous mandat impérial japonais, dirigée par le général Shiro Ishii, l'Unité 731 se livra à l'expérimentation humaine à grande échelle dans la province chinoise du Mandchoukouo, entre 1936 et 1945, provoquant la mort de près d'un demi-million de personnes… L'Unité 731, à peine reconnue par le gouvernement japonais en 2002, passée sous silence par les forces d'occupation américaines pendant des années, est la première cible de cette invention révolutionnaire. La vérité à tout prix. Quitte à mettre fin à l'Histoire.(présentation de l'éditeur)

Commentaires

manU B a dit…
Ahh un nouveau David Vann !
Guillome a dit…
@ManU : je pense qu'il sera différent de ce qu'il a écrit jusqu'à présent. j'ai hâte !
Jérôme a dit…
Serna et Treuer feront aussi partie de mes lectures de rentrée, c'est certain !
dasola a dit…
Bonjour Guillome, le Enrique Serna me tente bien mais tellement les autres. Bonne journée.
Tout pareil. Ils sont notés, sauf le Enrique Serna, dont je prends connaissance maintenant. Tentant...
joseph a dit…
aie , aie, je sens que je vais avoir dur de choisir entre tous les romans que tu as présentés, mais il y a des cas où abondance de biens ne nuit pas! merci
Guillome a dit…
@Jérôme @Dasola @Marie-Claire @Joseph : vous avez vu, j'ai été très raisonnable dans ma sélection. Enfin dans celle qui était disponible à ce jour chez les éditeurs ;-)
Nadine a dit…
Ahhhhhh un nouveau David Vann, je ne vais pas rater ça! Que j'ai hâte de le découvrir!!!
Bises
Guillome a dit…
@Nadine : oh oui oh oui oh oui !!!!
krol a dit…
Plein de choses tentantes dans cette sélection ! Je m'y retrouve plus que dans certaines autres...
manU B a dit…
Le jardin arc-en-ciel me tente beaucoup aussi...
Guillome a dit…
@ManU : une tentation de plus ! ;-)
Guillome a dit…
@Krol : une liste d'envies, c'est bien...:mais au final, combien en lirons nous ? Le David Vann, obligé comme tu dois t'en douter. Bonne rentrée Carole !
krol a dit…
Merci Krol ! Tu me manques comme conseiller bibliothécaire Guillome, nos échanges sur nos lectures... J'attends ton avis sur le David Vann pour le lire ! La médiathèque de Poitiers c'est bien, on y trouve plein de livres mais c'est impersonnel !
Guillome a dit…
@Krol : il m'étais très agréable de papoter avec toi sur nos lectures respectives. Et n'hésites pas à aller à la rencontre des bibliothécaires qui j'en suis sûr n'attendent que ça, conseiller (enfin j'espère !).
Delphine Olympe a dit…
J'avais oublié qu'un Ammaniti devait sortir !!!!! Ma pal menace déjà de s'effondrer, mais ce n'est pas grave, cet Italien que j'adore va rejoindre son sommet !
Quant à La double vie de Jesus, mon billet devrait être publié prochainement. Un roman qui vaut la peine !
Guillome a dit…
@Delphine : j'attends le roman de Niccolo Ammaniti avec impatience....Et ton billet sur Enrique Serna du coup ;-)