Tokyo Kaido - Minetaro Mochizuki

Tokyo Kaido - Minetaro Mochizuki Editions Le Lézard noir 2017

J'avais découvert il y a des années Minetaro Mochizuki avec sa série apocalyptique Dragon Head et plus récemment, dans un tout autre genre Chiisakobé

Cette nouvelle série qui s'achèvera avec un troisième tome en septembre prochaine est un véritable bijou aussi original et fascinant que Chiisakobé


Nous avons là, quatre enfants et ados hors normes suivis dans une clinique par le docteur Tamaki qui fait des recherches sur le cerveau. Hashi, 19 ans, sans filtre, dit tout haut ce qu'il pense ; Hana 21 ans qui est prise d'orgasmes incontrôlables n'importe où ; Mari, 6 ans dont le cerveau ne voit pas les humains et Hideo, 10 ans qui se prend pour un super-héros indestructible. 


Par ses situations cocasses, inattendues, ce manga est complètement barré, drôle et très profond à la fois . Comment ces humains voient le monde ? Quelle place ont-ils dans la société ? Peuvent-ils être guéris ? Comment les autres humains dits normaux interagissent avec eux ? 

Au delà des interactions entre les personnages, il y a aussi cette histoire dans l'histoire (en l’occurrence un manga dans le manga) qui prend une place importante dans les deux premiers tomes. Hashi est en train de dessiner un manga qu' Hideo lit en l'invite à continuer alors que celui-ci le trouve inintéressant.  

Minetaro Mochizuki brille par son intelligence par ses questionnements et ses points de vues décalés. A l'instar de Chiisakobé, le mangaka poursuit son travail d'introspection avec des personnages attachants qui ont du mal avec "l'autre", avec l'extérieur et les normes sociales. 

L'atmosphère qui se dégage de ce manga est vraiment particulière et intrigante. Il ne se passe pas grand chose et pour autant on ne s'ennuie pas une seconde. Plusieurs fois, je me suis arrêté sur ce que je venais de lire, je suis revenu en arrière car tout est dans le détail d'une attitude, d'une expression d'un des personnages. 

La réussite de ce manga réside incontestablement dans le style épuré de l'auteur dont le pouvoir magnétique de ses dessins m'a saisi. Vivement le tome 3!




Tokyo Kaido - Minetaro Mochizuki - traduit par Miyako Slocombe - Editions Le Lézard noir 2017

Commentaires

Jérôme a dit…
Je craignais que ce ne soit pas au niveau de Chiizakobé, tu me rassures !
Guillome a dit…
@Jérôme : c'est à la fois très différent et en même temps les deux séries se font échos. Chiisakobé est sûrement plus abordable.
J'ai fini la série Chiisakobé il y a quelques semaines, son intrigue et son graphisme me collent encore à la peau. Me voilà bien curieuse de cette autre série de l'auteur. J'ai l'impression que ça pourrait même me plaire davantage encore !
Guillome a dit…
@A girl from earth : pour ma part, j'ai attendu un peu de temps entre Chiisakobé et Tokyo kaido car je voulais rester dans l'univers de la première série. La deuxième est à la fois très différente et il y a quelques chose dans le même esprit. Sois curieuse, fonce !! ;-)