Jack Holmes et son ami d'Edmund White

Jack Holmes et son ami d'Edmund White

Une fresque qui s'étale du début des années 60 jusqu'à la fin des années 90 où l'on suit une grande amitié entre deux new-yorkais. Deux personnages centraux, Jack Holmes qui aurait bien voulu être l'amant de Will Whright. Mais malheureusement pour lui, Will préfère les femmes. C'est d'ailleurs Jack qui lui présentera sa future femme.

Will sera l'amour impossible de Jack. Jack sera le seul véritable ami de Will. Ils se perdront de vue pour mieux se retrouver à l'aube de chaque décennie.

Même si j'ai eu de la peine à quitter le personnage de Jack à la fin de la première partie du roman, force est de reconnaître qu'il était intéressant pour la construction de l'histoire de changer de regard. Avec un point de vue différent, celui de Will que l'on retrouve dix ans plus tard (les deux hommes ont alors la trentaine). 

Un roman habile où Edmunt White donne à voir la différence de perception du sentiment amoureux et de la sexualité entres homos et hétéros. Il ne s'interdit rien et étudiera sans détour la question du désir et du plaisir sexuel, notamment celui des femmes. Ce qui pourra peut-être étonner les lecteurs de l'écrivain qui à ma connaissance s'est focalisé principalement sur la vie homosexuelle dans ses précédents romans. 

Un ôde à l'amitié avec un grand "A" entre homo et hétéro. Première fois que je lis une histoire sur ce thème. Ça fait du bien ! 

L'écrivain n'évite pas certains clichés côté scènes chaudes mais se rattrape par son analyse psychologique assez pertinente. Un regard aiguisé sur l'être humain, son rapport au corps, sa sexualité et ses tabous. Enfin, j'ai bien aimé son écriture intelligente, crue et tendre à la fois. 

Merci à ma moitié pour ce beau cadeau ! 


Jack Holmes et son ami - Edmund White - Traduction : Céline Leroy - collection Feux croisés - Editions Plon - 2013

Retrouvez les interviews de l'écrivain sur le site des Editions Plon.

Commentaires

In Cold Blog a dit…
Je ne te crois pas. Ça ne peut pas être la première fois que tu lis une histoire d'amitié entre homo et hétéro. Ne me dis pas que tu n'as pas lu le Maurice de Forster ;-)
Bon, je te l'accorde, chez Forster, ça part en eau de boudin...
ah ah ah !!! je n ai pas lu "Maurice", ma moitié oui. je n ai vu que le film. mais dans ce roman, ça ne part pas en eau de boudin justement même pas un peu éméché ;-)
In Cold Blog a dit…
Dommage que tu aies vu le film. Du coup, j'imagine que tu n'as plus trop envie de découvrir le roman... Mais si un jour tu as envie de revoir le film, oublie le DVD et préfère le roman ;-)
j ai vu le film il y a très longtemps. le roman m attends sagement sur les étagères et ma moitié n arrête pas de me dire de le lire...alors oui un jour ...promis ;-)