Janvier From the avenue...

queer as folk
L'hiver nous invite à revoir cette série qui a déjà 10 ans...

garçons mauro bolognini carlotta 1965
Ce film de Mauro Bolognini de 1965 a enfin été réédité par les éditions Carlotta ! Très bon moment de cinéma. Libre adaptation du roman de Pasolini Les ragazzi.

À New York, au début du vingt et unième siècle, les super-héros sont fatigués : Superman, Batman et les autres ont raccroché les gants, ils sont devenus des hommes et des femmes d’affaires à succès, des vedettes des médias et du spectacle, et ont tous renoncé à leurs super-pouvoirs. Dès lors, qui peut bien vouloir les éliminer un par un ? Car après Robin, l’assistant et ancien amant de Batman, un mystérieux groupe de tueurs menace d’autres cibles. Comme ce dernier, Mister Fantastic et Mystique reçoivent eux aussi d’étranges messages d’adieu, et il semble bien que ce soit dans leur vie privée et leurs comportements sexuels qu’on veuille les frapper. Le détective Dennis De Villa mène l’enquête, tandis que son frère Bruce, journaliste, couvre les événements. Mais ne faut-il chercher ailleurs, quelque part dans leur enfance commune, ce qui les relie à ces super-héros si fragiles ? (présentation éditeur)

Roman bientôt en cours de lecture...

Potiche de François Ozon nominé aux Césars


Pour notre plus grand plaisir, Potiche est nommé 4 fois pour les César 2011 dans les catégories suivantes :

Meilleure actrice : Catherine Deneuve
Meilleure actrice dans un second rôle : Karin Viard
Meilleure adaptation : François Ozon
Meilleurs costumes : Pascaline Chavanne

Rendez-vous le 25 février pour la cérémonie !

Mine vaganti, musiche originali di Pasquale Catalno

Mine vaganti, musiche originali di Pasquale Catalno

En provenance d'Italie, la bande originale du film de Mine Vaganti (Le premier qui l'a dit) est arrivée From the avenue...un vrai bonheur...Nina Zilli interprète la chanson phare du film "50mila".

"La voix de Nina Zilli est remarquée par Universal qui lui signe un contrat. Un single avec Giuliano Palma 50 mila succès radio. Artistes de référence : Amy Winehouse et Nina Simone. Passion musicale : les années Motown. Toutes ces influences s'entendent et se ressentent dans son premier album Sempre lontano et son single hit percutant et mérité Baccio d'ad(d)dio" (Source : radio france


Come dio comanda (Comme dieu le veut) di Niccolo Ammaniti

Come dio comanda (Comme dieu le veut) di Niccolo Ammaniti

Come dio comanda...bellissimo !
Publié en France en 2008, ce roman aurait pu rejoindre les étagères des romans noirs. C'est cruel, cauchemardesque et tristement réaliste.

Rino Zena est un chômeur alcoolo, violent et facho. Ses deux amis : Danilo et Quattro Formaggi, deux marginaux. L'un, sa vie a basculé lors de la mort accidentelle de sa fille. L'autre, il boîte et a perdu la tête après avoir été foudroyé. Ils vivent de petits boulots et passent leur journée devant la télé. La seule chose qui retient Rino de tomber plus bas, c'est son fils Cristiano. Les services sociaux menacent de lui retirer. Le moins moindre faux pas et...

Pour améliorer leur modeste vie, ces trois paumés décident de préparer un coup : piller un distributeur de billets. Le casse est prévu un soir où une tempête d'une rare intensité fera rage. Cette soirée deviendra un véritable cauchemar pour tout le monde...

On se prend à sourire devant ces personnages en marge, devant certaines scènes burlesques. Cette bande de copains font figures d'abrutis, bêtes et méchants. Mais l'humour noir parfaitement maîtrisé s'efface soudainement lors de cette fameuse soirée apocalyptique. Le lecteur qui a eu le temps de trouver ces personnages touchants va rapidement se retrouver très vite mal à l'aise. Un engrenage sans fin pour chacun d'entre eux qui va les rendre détestables et misérables.

Le basculement de l'histoire est très réussi, car si au départ, on tourne les pages sans savoir où l'on va, le récit soudain s'accélère sans prévenir au rythme des évènements. La lecture devient frénétique. Des scènes sordides hallucinantes. Des tableaux cinématographiques aux séquences intenses. Chacun cherchera la rédemption mais seul Dieu semble décider du sort de ces pauvres âmes contraints de devenir cruels, vengeurs dans des situations extrèmes. On éprouve une grande tendresse envers le jeune garçon qui se surpassera sa haine, ses rancoeurs, sa colère, sa peur devant un monde qui vole en éclats, contre des adultes irresponsables et dangereux.

J'ai retrouvé tous les ingrédients des nouvelles de cet érivain italien et de son roman Je n'ai pas peur. Un roman tornade dense qui souligne la face cachée de l'Italie, la bêtise humaine, les travers de la société de consommation.

Ne parle de liberté. Ils sont tous bons pour parler de liberté. Liberté par-ci, liberté par là. Ils en ont plein la bouche. Mais bon Dieu, t'en fais quoi de ta liberté ? Si t'as pas un rond, pas de boulot, t'as toute la liberté du monde mais tu sais pas quoi en faire. Tu pars. Et où tu vas ? E comment tu y vas ? Les clochards sont les plus libres de la terre et il crèvent congelés sur les bancs des parcs. La liberté est un mot qui sert seulement à baiser les gens. Tu sais combien de cons sont morts pour la liberté alors qu'ils savaient même pas ce que c'était ? Tu sais qui c'est, les seuls à l'avoir ? Les gens qui ont du pognons. Ceux-là oui...

Tron legacy - Daft Punk

Tron legacy - Daft Punk

Les Daft Punk sont de retour en signant la bande originale du film Tron Legacy qui sortira en février prochain. Même si nous n'avions pas été convaincus par le premier film paru dans les années 80, c'est tout d'abord pour le duo français que nous nous sommes procuré le disque.

Composer une musique peut s'avérer être casse gueule...mais à la première écoute, Daft Punk relève haut la main ce défi. On retrouve leur univers si reconnaissable mais cette fois-ci à travers une symphonie évidemment très cinématographique. Mélange de classique et d'électro, avec des touches ambiance 70's et une musique parfois proche de ce que peut faire Hans Zimmer (dans son côté pharaonique et grandiloquent). De grandes envolées grandioses en passant par des atmosphères douces et subtiles, cette B.O. s'écoute en boucle et se suffit à elle-même. Une nouvelle pièce majeure à l'édifice de leur discographie. Indéniablement, les Daft Punk savent se renouveler et prouvent qu'ils sont capables de faire autre chose que les Dj et leur fameux One more time. A consommer sans modération.

Ad occhi chiusi (Les yeux fermés) di Gianrico Carofiglio

Les yeux fermés) di Gianrico Carofiglio

J'ai enfin pris le temps de lire cet écrivain qui me faisait de l'oeil depuis longtemps. Pourtant, je l'avais mis de côté ayant quelques craintes : pourquoi l'avais-je estampiller négativement "roman procédural" (c'est comme ça qu'on dit ? ou "trhiller judiciaire" à la John Grisham ?) Parce que tout ce vocabulaire de procédure judiciaire, avocats et silence sinon je fais évacuer la salle...très peu pour moi. Et paf, une fois de plus, je me suis bien planté et je regrette déjà d'avoir attendu si longtemps. Car il s'agit effectivement bien d'un procès, mais accessible pour un néophyte court, efficace, bien écrit...enfin le top quoi.

Côté histoire, ça part direct, sans préambule et de manière assez classique. Guido Guerrieri est avocat à Bari. Un poil moqueur de lui-même et sur son métier, le voilà prêt à défendre une jeune femme sans défense contre un gros méchant. Il reçoit dans son cabinet une femme battue. Elle souhaite se constituer partie civile contre son ex amant qui n'est d'autre que le fils d'un grand magistrat de l'Italie du Sud, contre lequel personne n'ose s'attaquer. Alors bien sûr notre avocat prend les paris, décide de la défendre mais s'aperçoit rapidement qu'il est dans le pétrin. Très peu de preuves, parole contre parole et des collègues avocats le dissuadant de se lancer dans ce dossier pourri. Commence alors la constitution des preuves, l'ouverture du procès...

Le personnage de l'avocat m'a tout de suite plu. On se lie d'amitié avec lui rapidement, l'auteur utilisant un langage familier et un humour qui crée une proximité immédiate avec le lecteur. Carofiglio ne fait pas dans le détail, enchaîne les choses les unes après les autres, et donne une fluidité au récit.

Le 2ème personnage qui a retenu mon attention n'est pas forcément la femme défendue mais son acolyte : soeur Claudia, directrice d'un foyer d'accueil pour femmes battues. Elle est plutôt canon, jean et veste en cuir et prof de boxe chinoise à ses heures perdues. Son côté glacial et son regard impénétrable m'ont fait douté sur son rôle dans l'histoire tout au long du roman.

On avance donc très rapidement. Le procès se dilue dans le temps pour laisser place à la vie de l'avocat et sa relation avec son amie, ses angoisses et ses doutes. Ce qui renforce la proximité avec le lecteur et le rend encore plus humain et perfectible.

Et puis on croit deviner assez rapidement l'issue du procès et vlan coup de théâtre ! (pas d'arriver de témoin à la dernière minute je vous rassure) Le roman prend alors un virage inattendu. J'ai aimé me faire surprendre et je suis resté un peu sur ma faim, regrettant que le livre soit si court. Bilan, c'est une très belle surprise. Je vais tâcher de commencer par la première aventure de Guido et son Témoin involontaire.

Je vous laisse apprécier les avis de Manu, de Thierry et de Jean-Marc avec qui je partage bien volontiers leur avis.

impermanence de Agoria


Je viens d'apprendre la nouvelle : Agoria sortira son 3ème album le 31 janvier prochain ! Je suis aux anges...Plusieurs collaborations sont prévues avec des artistes comme Kid A ou Carl Craig.

Track list prévue : 
1. Kiss My Soul (feat Kid A)
2. Souless Dreamer (feat Seth Troxler)
3. Panta Rei
4. Simon
5. Speechless (feat Carl Craig)
6. Grande Torino
7. Heart Beating (feat Kid A)
8. Little Shaman (chuchote par Scalde)
9. En vertu de la rivière
10. Libellules

Souvenir en visitant un ancien post (mp3 de nouveaux accessibles quelques jours)

Libellules était sortie en vinyl en 2010. Bonne écoute !