Légendes d'automne de Jim Harrison

Légendes d'automne de Jim Harrison

Ca faisait très longtemps que je voulais lire ce roman, daté de 1978 qui apparaît pour beaucoup comme un livre culte . J'en attendais donc beaucoup. Cet été, j'ai enfin pris le temps. J'ai ouvert le livre et je me suis aperçu que ce n'était pas un roman mais 3 nouvelles. Sur le coup j'étais un peu déçu car j'avais envie d'être transporté dans une histoire extraordinaire, une espèce de grande sage familiale (je m'étais déjà imaginé pleins de choses....).J' me suis dit qu'une nouvelle d'une 100aine de pages ne pourrait pas arriver à me faire vibrer au même titre qu'un roman. Pffffff, quel idiot je suis !!!

Jim Harisson a de nombreux talents : celui de très bien écrire et de vous emmener loin avec ses personnages. 3 visages d'hommes dans des époques différentes (la première guerre mondiale et les années 70) qui ont tous un point commun : la vengeance. Pas facile de parler de ce recueil tellement ils sont forts et ambitieux. Pleines d'images me sont venus à l'esprit en lisant ces histoires : un véritable film se déroulant devant mes yeux... A noter que la préface très intéressante replace dans le contexte américain la place d'Harrison dans la littérature américaine. 

Les premières lignes sont originales et inhabituelles. Jim Harrison adopte le point de vue d'un vautour qui se demande si l'homme, allongé sur le sol poussiéreux, maculé de sang, est mort ou vivant, auquel cas il pourrait s'en approcher pour en faire son festin.....

Je vous invite à découvrir cet écrivain. Et si vous aimez, n'hésitez pas à piocher dans le catalogue des éditions Gallmeister qui s'en réclame.

Les romans de Harrison font entrevoir en chacun de nous l'ombre portée du criminel, du tricheur et du saint. Au surplus, le style est à lui seul un chef-d'oeuvre, une leçon pour les auteurs français plus habiles à sodomiser les mouches de la ponctuation, à sacraliser des arguties qu'à livrer une inspiration urgente. Le roman, pour Harrison, c'est la religion du délire. Il enivre les mots, les soûle à mort ; il écrit à tue-tête et bâtit des phrases où se devinent encore les ahans et les suées. Jim Harrison est un écrivain passionné, donc il nous passionne !  (4ème de couverture, Yann Queffélec)

La version poche édition limitée du livre :

Légendes d'automne de Jim Harrison édition limitée

Morgue pleine de Jean-Patrick Manchette

Morgue pleine de Jean-Patrick Manchette folio policier

C'est avec plaisir que je poursuis l’œuvre de Jean-Patrick Manchette. Dès les premières pages, on est plongé dans le bain et on se régale.

Manchette invente le personnage de Eugène Tarpon, ancien gendarme qui s'est reconverti en détective privé minable. On le retrouvera plus tard dans d'autres romans. Ici, Tarpon n'a pas d'affaires à se mettre sous la dent et projète de rentrer chez sa mère. Jusqu'au soir où une jeune fille, Menphis Charles, pleine de sang, lui demande de l'aide. Elle lui raconte qu'elle a retrouvé sa colocataire assassinée. Tarpon se méfie et préfère lui dire d'aller voir les flics. Mais évidemment Tarpon se retrouve embringué dans cette sale histoire et a du mal à s'en dépêtrer. Il se fait kidnapper, tente d'échapper aux flics tout en essayant d'innocenter la jeune fille. Il ne cessera de se trimballer dans Paris, de se faire taper dessus, découvrant ça et là de nombreux morts. 

Le scénario est tiré par les cheveux et on a du mal à croire à tout ce qui arrive à ce pauvre Tarpon. Mais peu importe. Manchette n'hésite pas à jouer avec ses personnages, les rendant ridicules. Il distille dans ses descriptions minutieuses et ses dialogues un humour décalé et des réflexions inopinées donnant toute la saveur de ce style si particulier qui caractérise Manchette.  

Morgue pleine a été écrit à toute vitesse parce qu'il fallait que je paie mes impôts. J'ai livré le manuscrit le 12 ou le 13 novembre, j'avais demandé que le chèque soit prêt afin de le donner le lendemain au percepteur ! Et j'ai passé les six mois suivants à me répéter que ce bouquin était affreux...
extrait d'un entretien avec Luc Geslin et Georges Rieben paru dans Mystère Magazine, août 1973.

Sexy de Joyce Carol Oates

Sexy de Joyce Carol Oates

Présentation de l'éditeur :
«C'était en novembre, un mardi après l'entraînement de natation.
La chose avec Mr Tracy, le prof d'anglais de Darren.
La chose, c'est en ces termes que Darren y penserait par la suite.
La chose, un mot vague, indéfini.
La chose qui n'était pas arrivée de toute façon.»

Après ce jour, après ce qui s'est passé (mais s'est-il vraiment passé quelque chose ?), la vie est différente. Darren est différent. Rien n'est plus comme avant. Ses amis, sa famille, même les gens censés être des adultes responsables ne sont plus comme il les voyait. En qui Darren peut-il avoir confiance désormais ?

Joyce Carol Oates dépeint une Amérique conformiste et hypocrite.
La rumeur sur la morale douteuse d’un professeur est superbement bien amenée et l’engrenage ne peut plus s’arrêter. Darren sait que dans la voiture, il ne s’est rien passé. Mais lorsque Mr Tracy le supplie de témoigner sur sa morale irréprochable auprès de la police, Darren ne peut dire la vérité et dénoncer ses camarades, auteurs de la rumeur. Car que dirait son père s’il voyait son fils mêlé à cette sombre histoire ?

On ressent tout le poids de culpabilité que porte Darren de ne pas pouvoir aider son professeur, de ne pas pouvoir affronter ses camarades et ses parents. On est révolté devant la bêtise et l’ignorance crasse du père qui projette sur son fils tout ce qu’il n’a pas pu être, qui fait l’amalgame de l’homosexualité et de la pédophilie, mais qui tente malgré tout de protéger son fils. Tout au long du roman on a envie, tout comme Darren d’exploser, de cogner, de crier contre cette société bien pensante et étriquée.

J'ai poursuivis avec un autre roman que Joyce Carol Oates a écrit pour les ados : Nulle et grande gueule que j'ai beaucoup apprécié.
A noter que Sexy été initialement publié aux éditions Gallimard Jeunesse. 

Sexy de Joyce Carol Oates

Any which way des Scissor sisters

De retour de BCN, Any which way nous est resté en tête tout le long du séjour....Spécial Graciasssssss à A. et M.
















pour voir la vidéo, c'est ici !

Homme au bain de Christophe Honoré

Homme au bain de Christophe Honoré affiche
























Le prochain film de Christophe Honoré sortira le 22 septembre en salle. Ce film risque de faire parler de lui, notamment par le choix de l'acteur principal, François Sagat, acteur de cinéma porno gay. Une reconversion n'est jamais chose aisée...alors wait and see. Plus d'info ici.