Berazachussetts de Leandro Avalos Blacha

Berazachussetts de Leandro Avalos Blacha éditions asphalte
Les éditions Asphalte? Je les découvre grâce à cet ouvrage qui propose une playlist en écho à la lecture. Elle est écrite à l'intérieur ou on la retrouve en ligne sur le site de l'éditeur

L'idée me semble excellente et je commence la lecture. Et là, le coup de coeur. Le livre est impossible à lâcher tellement il foisonne de détails impossibles et irrésistibles ainsi que d'une galerie de portraits hors du commun. 

En Amérique du Sud, dans une sorte de Buenos Aires de fiction qui donne son titre au roman, on croise... une zombie appelée Trash découverte par quatre amies plus toutes jeunes qui partagent un appartement. Très vite, à travers des quiproquos trop exceptionnels pour que je les révèle ici, Trash va pouvoir faire des provisions en conservant dans des Tupperware, des morceaux du corps d'un homme décédé dans des conditions indicibles.

On y croisera, à travers une écriture visionnaire, surprenante et jamais lassante, une handicapée moteur quasi-déifiée qui a sa statue (fauteuil roulant inclus) au centre la ville. Elle dirige aussi un gang de personnes à mobilité réduite très réactives malgré leurs handicaps. Il y aura aussi un chat à moitié mort et qui pourtant survit. Un ancien maire richissime et sadique dont un des fils se livre à des activités monstrueuses. Quant à son frère...

Bref, vous l'aurez compris, si vous n'avez pas froid aux yeux, je vous conseille cette lecture qui, bien qu'interdite aux mineurs, présente de grands intérêts dont le principal est de nous faire rire et c'est déjà immense.

N'hésitez pas à commenter ci-dessus après lecture. Merci.

Berazachussetts - Leandro Avalos Blacha - Editions Asphalte - 2011

La surprise du chef d'Anthony Bourdain

La surprise du chef d'Anthony Bourdain folio policier

Harvey est le patron d'un restaurant de poissons new-yorkais. Il reçoit la visite d'un mafieux, Sally dit La-Moumoute à qui il doit de l'argent. Ce jour là, Sally commence sérieusement à s'énerver et lui casse le nez. Harvey réussit à obtenir un délai d'une semaine pour le rembourser, mais il sait que c'est peine perdu. Les clients se font de plus en plus rares et ses idées pour relancer son commerce s'avèrent catastrophiques. Sans parler du personnel qui arrive en retard, pique dans les réserves et se shootent entre deux services. C'est d'ailleurs le cas du chef cuistot, Michael qui se fait choper par les flics avec une dose de cocaïne sur lui. Ils décident de fermer les yeux en échange de leur fournir des informations sur le sous-chef, Tommy le neveux de Sally. En se servant de ce-dernier, ils espèrent bien mettre la main sur toute la famille mafieuse de la ville. Le seul problème pour Al, le flic qui dirige l'opération, c'est que Tommy a l'air clean, sans histoires, un mec sympa qui se tient loin des histoires troubles de son oncle et du milieu. Il préfère se consacrer à son boulot de cuistot avec une volonté de gravir les échelons. Mais évidemment, la "famille" reste la famille et les ennuis pour Tommy vont pleuvoir.  Et si la solution, c'était tout simplement de se débarrasser de La-Moumoute ?

Une lecture récréation qui donne l'eau à la bouche ! Anthony Bourdain dirige un restaurant new-yorkais réputé et ça se sent ! Bienvenue dans les coulisses de la cuisine du Liner. Les bons p'tits plats mijotent mais côtoient les cadavres, oups ! Une farce qui se lit facilement et avec plaisir mais qui garde son côté noir et une certaine tension dans l'intrigue. Ça rappelle la série tv Les sopranos pour l'humour et les excellents romans de Poppy Z. Brite, Alcool et La Belle Rouge pour la cuisine (on appréciera néanmoins davantage ces romans pour nos papilles).  

La surprise du chef - Anthony Bourdain - Folio policier - 2012 / Christian Bourgois Editeur - 2002.  

Ce livre est lu dans le cadre du challenge New-York 2012 (Enlivrons-nous)


Le Maître des Ombres de Jean-Christophe Chaumette

Le Maître des Ombres de Jean-Christophe Chaumette rivière lanche

Avec Philippe Ward, les correspondances vont bon train. Elles me conduisent souvent à des découvertes incroyables. Des lectures inattendues, de celles qui bouleversent, qui font du bien, qui donnent envie de lire, de suivre des chemins inimaginables, de se faire plaisir en somme. Et bien sûr de partager. Il faut avouer qu'avec ce titre, le directeur de collection de Rivière Blanche savait qu'il allait mettre en plein dans le mille pour la bonne et simple raison qu'il s'agit littéralement d'un chef-d'oeuvre.

L'écriture tout d'abord, ce style très clair, précis, poétique et très simple à la fois, qui recule toujours le moment de poser le livre. Je ne résiste pas à vous faire partager quelques mots qui vibrent sous la plume de ce très grand écrivain:

Nous étions quatre personnes de races et de croyances différentes, lancées dans une quête semée d'embûches, à la recherche d'un lieu caché et d'une forme mystérieuse que le premier voulait contrôler, le second détruire, le troisième utiliser et que la dernière souhaitait comprendre.

Le suspense est constant et l'action aussi bien décrite que palpitante. La guerre est présentée sans ménagement tandis que l'on entend les os qui se brisent, que l'on ressent les dégâts commis par les mines anti-personnelles et les bruits, le chaos de Jérusalem, l'ombre des ruelles, la technologie belliqueuse, l'odeur du sang également, répandu en quantité. Et au milieu l'inconnu qui nous transporte vers une fin paradoxalement aussi inéluctable qu'imprévue. C'est surprenant, mais le narrateur y arrive ici avec une grande fluidité et j'ai réalisé quand j'ai refermé le livre qu'il représentait déjà pour moi un chapitre important de ma bibliothèque. Et de mes images mentales. J'ai repensé à la fin du premier film de La planète des singes, celui de 1968. A la manière aussi dont un simple décalage par rapport à notre réalité éclaire notre perception du monde.

Si vous n'êtes pas encore convaincu de la nécessité de cette lecture, sur la quatrième de couverture on peut déjà savoir  que:

A l'intérieur de la figure géométrique, on avait tracé six yeux et trois bouches, qui composaient un visage difforme...Longtemps, le lieutenant Garnett contempla la hideuse vision, fasciné, hypnotisé. Puis le faisceau de la lampe se déplaça, rejtant dans l'ombre l'image du monstre. Jason s'accrocha à l'échelle de cordes, et attendit pour l'escalader que se calment les tremblements de ses membres. En 2031, les Etats Sanctifiés et Unis d'Amérique contrôlent le Proche et le Moyen Orient, à l'exception de l'Iran contre qui a été lancée l'opération "justice divine". Jason Garnett, lieutenant de l'Armée de Terre, capture un soldat ennemi dans la crypte d'une ziggourat vieille de trente-trois siècles. La vision d'un terrifiant pictogramme gravé sur un des murs entraîne Jason dans une quête plus dangereuse que toutes les luttes qu'il a menées jusqu'ici.

Pourchassé par les combattants de l'Islam, il part à la recherche de la geôle dans laquelle les Zoroastriens pensaient avoir enfermé l'incarnation du dieu des ténèbres. Avec l'aide de son prisonnier, d'un rabbin de la secte des Haredim et d'une infirmière française, il devra comprendre quelle est la pire menace : Le Maître des ombres, ancien démon captif depuis des millénaires, ou la folie des hommes dont l'âme est le véritable champ de bataille entre Ormuzd et Ahriman, le dieu de la lumière et celui des ténèbres.

Et si vous avez envie de commencer à le lire dès maintenant, le premier chapitre est offert ici. Alors, merci Philippe et merci Rivière Blanche de nous offrir toujours plus de qualité dans un monde qui en a plus que jamais besoin.

Nos autres lectures Rivière Blanche
 

Ripley s'amuse de Patricia Highsmith

Ripley s'amuse de Patricia Highsmith

Tom Ripley est un personnage de Patricia Highsmith que j'ai eu plaisir de retrouver cet été dans Ripley s'amuse. C'est le 3ème volet publié en 1974 après Monsieur Ripley (1955) et Ripley et les ombres (1970).

J'avais vu son adaptation en film sous le titre L'ami américain de Wim Wenders (1977). Si le film respecte dans l'ensemble la trame de l'histoire, le roman comporte de nombreuses différences et s'avère bien plus riche selon moi.

En lisant le roman, j'avais en tête Alain Delon (incarnant Ripley dans Plein Soleil, adaptation de Monsieur Ripley).

Minot, un ami "d'affaires" demande à Tom de lui rendre un service : assassiner un mafieux, estimant qu'au vu de ses talents cela serait un jeu d'enfants. Tom préfère refuser mais étant "joueur" et pour ne pas vexer son ami, il le met en relation avec Jonathan Zimmermann, rencontré il y a peu lors d'une soirée, un américain comme lui. Ce compatriote ne lui a pas fait bonne impression. Le sachant condamné par une maladie, Tom propose à Minot de persuader Zimmermann de remplir ce contrat (contre une grosse somme d'argent bien entendu, destinée à sa femme et son fils). 

Une fois de plus, Patricia Highsmith révèle son talent en offrant à son lecteur des personnages à la psychologie fouillée et humains avant tout. En restant dans l'ombre et observant son jeu se mettre en place, Tom va être malgré lui amené à aider Zimmermann (pour qui il n'a pourtant aucune sympathie) afin qu'il réussisse. Patricia Highsmith ne cède pas à la facilité malmenant son personnage, au double visage, qui finira par s'en sortir de justesse.

Je me suis acheté dans la foulée Ripley entre deux eaux, dernier volet écrit en 1991, que je prendrais plaisir à lire mais un peu plus tard... 

Laisse aboyer les chiens de Benjamin Biolay



tu connaissais pas la consigne,mon ange
tu m'as coupé par la racine,mon ange
blanc comme un sachet d’héroïne,mon ange
tu connaissais pas les remords,ma belle
ni ce que ça fait d'être mort au ciel
la lune est bleue comme un passeur fidèle
tu connaissais pas les ravines,mon ange
ni le sanglot que j'aurais pris,mon ange
tu joues avec la carabine,mon ange
tu connaissais pas la consigne,ma belle
fallait-il que tu la devines,ma belle
pour que l'amour enfin soit éternel

prendre la vie comme on veut
on priera le ciel si non mieux
on s'en mettra plein la panse
prendre la vie comme elle vient
on ira au ciel si on veut bien
on ne marche plus ,on avance

laisse aboyer les chiens

tu connaissais pas la consigne,mon ange
ma poule,ma p...des îles, mon ange
vois-tu les cheminées d'usine,mon ange

tu connaissais pas le silence,mon coeur
le siège arrière d'une ambulance,mon coeur
c'est trop tard une fois qu'on s'élance son coeur

comme un ange qui passe
comme une fissure dans la glace
comme ta première passe
comme on découvre en première classe
ça peut te sembler
ça peut te sembler long

comme un ange qui passe
un inconnu dans la glace
qui laisse une trace
ça peut te sembler dégueulasse
ça peut te sembler
ça peut te sembler bon

prendre la vie comme on veut
on priera le ciel sinon mieux
on s'en mettra plein la panse
on prendra la vie comme elle vient
on prendra la vie si on veut bien
on marche plus,on avance
on prendra la vie comme elle vient
on ne sera plus jamais un chien
on aura des récompenses
on prendra la vie comme on veut
on priera le ciel un jour sur deux
on s'approche plus, on s'avance

laisse aboyer les chiens
la caravane est loin
laisse aboyer les chiens
la caravane est loin

tu n'as pas suivi la consigne,mon ange
tu gis sans vie dans la cuisine orange
vêtu d'un t-shirt et d'un jean à frange

Paroles & musique : Benjamin Biolay.
Extrait de l'album Trash Yéyé / 2007

Site officiel

Prochain album : Vengeance / sortie 05 novembre 2012

Home - Toni Morrison

Home - Toni Morrison bourgois

Au début des années 50, un jeune soldat noir, Franck Money rentre brisé de la guerre de Corée. Il part vers le sud pour porter secours à sa sœur mourante... 

Contrairement à LeFa (qui m'avait dit depuis des années : mais enfin, c'est génial, il faut absolument que tu lises L'oeil le plus bleu ou Beloved !!!) , voici le premier roman de Toni Morrison que je lis. 

Je ne surprendrais personne en disant que les rencontres littéraires sont rares. Pour moi, celle-ci en fait parti. Si la thématique du roman, les États-Unis des années 50 m'a séduit, c'est avant tout cette écriture ramassée et synthétique qui m'a énormément plu. Toni Morrison a l'art de condenser en quelques mots, en une phrase brève, une pensée ou un état d'esprit. Elle va à l'essentiel, aucun mot n'est à retirer, chacun est à sa place. Un texte court (150 pages) qui se lit tout seul. On savoure chaque mot, admire ce style concis, s'arrête pour penser à ce qu'on vient de lire, tellement c'est juste et beau. 

Lorsque je relève des citations dans un livre que je suis en train de lire (chose que je fais rarement), c'est que que celui-ci me plaît beaucoup. Ici, j'aurais noté la moitié du bouquin. Signe que ce roman va rester en mémoire et m'accompagner pendant longtemps. Home ne sera certainement pas le dernier roman de Toni Morisson que je lirais. Vous l'aurez compris, je vous invite fortement à découvrir ce roman pour tous ceux qui connaissent déjà l'écrivain et ceux qui ne l'ont jamais encore lu.     

Home - Editions Christian Bourgois - 2012
A casa - Editore Frassinelli - 2012

Le guetteur, un film de Michele Placido



Le commissaire Mattei, en charge de la plus grosse affaire de banditisme de toute sa carrière, se lance à la recherche du mystérieux sniper qui a décimé à lui seul toute son équipe. 

Un scénario classique voire déjà vu. Un casse qui tourne mal. Une bande dont les membres s’entre-tuent avec son lot de trahisons. Le film se concentre sur ces bandits, exit le commissaire Auteuil qui apparaît au début, un peu au milieu et revient à la fin. Sa "plus grosse affaire de banditisme de sa carrière" est un effet d'annonce qui tombe un peu à plat. Auteuil + film polar = Carton au box office ? Pas si sûr. D'ailleurs ce dernier commence à se faire vieux dans les scènes d'action et manque de personnalité. Idem pour Mathieu Kassovitz (le méchant sniper) dont les expressions sont parfaites pour un photomaton. Les acteurs remplissent leur part, ni plus ni moins sans véritablement d'enthousiasme. Ils m'ont fait penser aux personnages des romans de Manchette (pas de sentiments, froids). L'apparition pendant 5 secondes de Fanny Ardant est presque incongrue (liftée à mort avec une choucroute sur la tête, j'ai ri). 

Malgré ces réserves, j'ai passé un très bon moment. Le réalisateur de Romanzo criminale revient avec un polar pur jus, qui rempli son contrat côté suspens et tension. Tout ce dont j'avais envie.    

BAD - 25th Anniversary - Michael Jackson



Lundi prochain, sortira en France l'édition 25ème anniversaire de l'album Bad (+ d'infos).

BAD - 25th Anniversary - Michael Jackson

[photo 17/09/2012]


Projet de couverture pour l'album Bad, refusé par Sony.

Walter Yetnikoff ne s’étant pas privé de dire que le projet lui donnait un air particulièrement efféminé… certains iront même jusqu’à dire plus tard que l’image « dentelles » renvoyait directement à des orientations homosexuelles qui ne collaient pas du tout avec Michael Jackson, et l’esprit de l’album.(source)



Le 31 août dernier, lors de la 69ème édition du Festival de la Mostra de Venise, le réalisateur, Spike Lee a présenté un documentaire sur Michael Jackson, intitulé "Bad 25" retraçant la genèse et le succès de l'album Bad, sorti le 31 août 1987. Un documentaire de 2 heures qui laisse place au professionnalisme, au talent et à la créativité du King of pop. J'en connais deux qui ont apprécié sur grand écran (les chanceux) ! Voici un extrait vidéo du festival.

Sasha de Dennis Todorovic

Sasha de Dennis Todorovic


Sasha (Saša Kekez) étudie le piano et prépare l’examen d’entrée au Conservatoire pour vivre sa passion, encouragé avec ferveur par sa mère (Jeljka Preksavec) qui travaille pour lui payer ses leçons et voudrait qu’il devienne un musicien reconnu. Secrètement amoureux de son professeur de piano, Gebhard (Tim Bergmann), il n’arrive pas à assumer son homosexualité et encore moins à le dire à sa famille, originaire du Monténégro et qui a émigré à Cologne en Allemagne pour fuir la guerre.(source)

Très belle surprise ! Drôle, tendre, intelligent ! 

 

Dimitri from Paris - Back in the house

Dimitri from Paris - Back in the house



From the Avenue, Dimitri From Paris est un invité régulier de nos soirées festives ! 
Il revient pour une nouvelle double compilation mix/live ! L'album est disponible depuis le 27 août.

François de Roubaix et son monde électronique


François de Roubaix et son monde électronique
C'est en passant par Montpellier que j'ai trouvé ces 2 cds qui rejoignent la collection Ecoutez le cinéma de l'Avenue.   













Sur le 1er volume, figure entre autres la bande originale L'Antartique, projet destiné à illustrer le documentaire Voyage au bout du monde de Jacques-Yves Cousteau. 
Projet que le réalisateur refusera car peut-être trop novateur et pas assez "classique" (selon Stéphane Lerouge, qui a écrit le livret du cd). François de Roubaix, amoureux des océans et ardent militant de l'écologie maritime  s'était pourtant beaucoup investi dans cette création et en fut beaucoup affecté. 
C'est en écoutant cette bande son que l'on s'aperçoit que François de Roubaix était en avance sur son époque et a influencé de nombreux musiciens et artistes.



Le second volume est consacré aux projets musicaux destinés à la publicité et aux courts métrages institutionnels. 

Lorsque dans les années 1973-1974, le cinéma se détourne du compositeur. La encore, se sont de nombreux pépites qui sont réunis sur ce cd. Avec en bonus, 2 titres composés par les lauréats du Prix Coup de pouce François de Roubaix 2006, initié par sa fille Patricia. A noter que Laurent Garnier a fait parti du jury (ce qui n'est pas étonnant finalement !).


Autres titres de la collection dont on a parlé sur ce blog :





Loser de Jason Starr

Loser de Jason Starr rivages noir

Dans le train Nîmes-Paris, j'ai englouti Loser de Jason Starr, 2ème roman que je lis après Harcelée.

Tommy, New-Yorkais de 32 ans, est videur dans un bar en attendant que sa carrière d'acteur démarre (le lecteur comprend assez vite qu'elle ne décollera jamais). Pourtant, il y croit dur comme fer, persuadé de son talent. Puis un jour, un type lui propose de s'associer avec d'autres participants afin d'acheter un cheval de course et se faire de l'argent. Seulement voilà, la mise de départ est plutôt élevée (10000 dollars) pour un mec qui claque tout son argent dans les courses. Pourtant, ce n'est pas ça qui va l'arrêter. Il envisage de dévaliser le coffre-fort du bar et va profiter de la gentillesse de son patron qui le considère comme son fils et son confident.

Si dans Harcelée, l'humour n'était jamais loin et le ridicule de certains personnages poussé à l'extrême, ici le roman est beaucoup plus sombre. Jason Starr distille une tension tout au long du roman et la fait monter crescendo. La lecture devient alors compulsive.

Jason Starr excelle dans la psychologie de son personnage, véritable raté, qui franchit "la ligne blanche" sans s'en rendre compte. Il en fait une proie facile dans ce New-York qui écrase les plus faibles. Un roman noir que j'ai vraiment eu plaisir à lire.

Loser - Jason Starr - Rivages/Noir - 2011.

Ce livre est lu dans le cadre du challenge New-York 2012 (Enlivrons-nous).


Plan B de Marco Berger


Bruno vient de se faire plaquer par sa copine. Derrière une attitude calme et indifférente, il planifie une douce et froide vengeance. Elle continue à le voir de temps en temps mais à quelqu'un de nouveau dans sa vie, Pablo. Bruno se rapproche de Pablo et devient son ami dans l'idée de fragiliser le couple, peut-être en lui présentant une autre femme. Mais, au fil du temps, un plan B se met en place, plus efficace, qui va remettre sa propre sexualité en question...(Première)











Ce film argentin de 2008 fut une très belle découverte pour cette fin de week-end ! Un ton très juste. Une performance d'acteur top. Et une photographie sublime (notamment les plans des immeubles des quartiers de Buenos Aires). Un réalisateur à suivre de près.



Solo piano II de Chilly Gonzales

Solo piano II de Chilly Gonzales

Chilly Gonzales, musicien et producteur ne cesse de brouiller les pistes d'album en album, explore des horizons diverses (funk, rap, disco, classique...). En 2004, nous avions découvert son album Solo piano qui nous avait enchanté et rappelé les morceaux d'Erik Satie et ses Gymnopédies. En concert, il arrive en chaussons et vieux cardigan et s'installe à son piano et c'est parti...ambiance intime.

  

Gonzales revient avec de nouvelles compositions personnelles toujours aussi touchantes et poétiques que le premier. La recette fonctionne de nouveau à merveille. 




http://chillygonzales.com/