moi et toi (io e te) di Niccolo Ammaniti

moi et toi (io e te) di Niccolo Ammaniti
J'étais impatient de lire le dernier roman de Niccolo Ammaniti, publié en 2010 en Italie et publié en France pour cette rentrée littéraire. Un roman très court qui s'apparente pour moi davantage à une nouvelle (150 pages, typo assez grosse, marges importantes, 15€ merci Albin Michel!). 

Lorenzo est un ado qui n'arrive pas à s'intégrer aux autres, à se faire des amis et ça depuis qu'il est petit. Ses parents, inquiets, sont agréablement surpris et soulagés lorsque leur fils leur annonce qu'il est invité par une camarade de classe à skier à Cortina pour une semaine. 

Seulement voilà, c'est un mensonge. Lorenzo a tout préparé pour passer la semaine mais seul, dans la cave de son immeuble. Pourquoi a-t-il menti ? Il ne saurait l'expliquer. Une fois installé dans son refuge, l'arrivée de sa demi-sœur va chambouler son plan, remettre en cause son univers et ses certitudes. 

Dans un lieu confiné et étouffant, un face à face entre deux solitudes. Un duel entre deux être en souffrance, dont les carapaces vont peu à peu se craqueler.

Voici un portrait d'un adolescent timide qui a peur de se dévoiler au monde. Grand observateur de ses congénères, il essaye de les imiter pour se fondre parmi eux, de donner le change, mais sans grand succès.  Le mieux pour lui est de se faire oublier et passer inaperçu. Mais une fois enfermé dans la cave, il sera obligé de se confronter à l'autre et de s'ouvrir. Un passage à l'âge adulte en version accélérée sur quelques jours de souffrance, de dépassement de soi, d'entraide. 

Sous la plume d'Ammaniti et à la lecture de ses autres romans, je m'attendais à un texte plus percutant et plus fouillé. Alors même si j'apprécie toujours son écriture fluide et évidente, je me demande pourquoi il n'a pas davantage développer son récit et ses personnages. Pourtant l'histoire s'y prêtait tout à fait. J'ai retrouvé comme Je n'ai pas peur ou Comme dieu le veut cette tension sous-jacente mais je suis resté sur ma faim. J'attendais peut-être trop ou autre chose de ce roman. 

Néanmoins, je suis curieux de voir le film de Bernardo Bertolucci qui a adapté ce livre, présenté, hors compétition au festival de Cannes 2012 (Bande annonce).

A l'occasion de la sortie de Moi et toi, les éditions Robert Laffont rééditent un autre roman de l'écrivain : Je n'ai pas peur que j'avais particulièrement aimé.




D'autres romans de cet écrivain à retrouver sur ce blog :
Je n'ai pas peur
Dernier réveillon et autres nouvelles cannibales
Comme dieu le veut
La fête du siècle





tous les livres sur Babelio.com

Marie-Octobre de Julien Duvivier




Après 125 rue Montmartre, Nous continuons de découvrir les films de la collection Pathé Classiques avec Marie-Octobre, réalisé en 1958 par Julien Duvivier dont nous avions déjà pu apprécier un autre de ses films Boulevard (1960, avec le jeune Jean-Pierre Léaud).

Avec : Danielle Darrieux (Marie-Octobre), Paul Meurisse, Bernard Blier, Robert Dalban, Paul Frankeur, Daniel Ivernel, Serge Reggiani, Noël Roquevert, Lino Ventura.

Marie-Hélène Dumoulin tient une maison de couture. Membre d'un réseau de résistance qui a été dénoncé pendant la guerre, elle a réunit les anciens membres pour retrouver le traître qui a donné le réseau aux Allemands.

 Le blog Les chroniques de Cinéphile Stakanoviste en parle très bien.

Momus : Bibliotek

Le nouvel album de Momus s'appelle Bibliotek et c'est un évènement.

Depuis 1988 je dois bien avouer que je suis un immense fan et je continue de prendre plaisir à suivre ses routes, sinueuses autant qu'émouvantes. 

Sur ce nouvel opus il compose des textes superbes accompagnés de mélodies électroniques traversées par sa voix inimitable, susurrée dirait-on. C'est à notre oreille qu'il s'adresse mais aussi à tous nos autres sens. La vue est nécessaire pour apprécier pleinement le cadre qu'il propose à ses compositions. C'est ainsi qu'il offre une vidéo (ainsi que les textes) pour chacun des quatorze titres présentés ici. Non sans humour, ses compositions nous font rire, penser, respirer dans un monde trop souvent sans air. Il libère et il émeut.

Farther que je vous propose aujourd'hui est mon préféré de cet album. Vous y reconnaîtrez un bel hommage à Valérie Dore dont vous retrouverez avec plaisir le titre fort estival The Night (dans une version longue, on ne va pas se priver) qui résonnait il y a presque trente ans dans les stations balnéaires. 

Que l'été vous soit doux.

"Listening to the record by Valerie Dore

You drift away"








King Krule

A peine 17 ans et déjà un talent immense, King Krule nous bouleverse au coeur de l'été.

Et si Londres avait avant tout des talents artistiques à révéler? Visitez son site officiel ici.

A écouter sans aucune modération, la blue wave se porte haut en cette saison.

Challenge New-York 2012


C'est grâce au blog Les gridouillis et à Kabaret Kulturel que j'ai découvert ce challenge consacré à New York. J'ai toujours un peu peur de ne pas lire la quantité suffisante pour les challenges, d'où mes rares participations. Et en réfléchissant bien, je viens de lire il y a peu 2 romans dont les intrigues se déroulent à NY...Alors je me suis dis Gooo ! Merci donc à Enlivrons-nous pour la proposition de ce challenge.

 Un roman destiné aux enfants mais pas seulement...

Un polar





Agoria presents forms


  
 Le show visuel de l'indéboulonnable DJ lyonnais fait causer, 
tant pour sa beauté que sa sobriété.(source Tsugi



+ de vidéos

Agoria sur From the avenue...
Heart beating 
Solarized
Impermanence

Tom Daley Jeux Olympiques Londres 2012

via Melange

Paroles, paroles - Dalida et Alain Delon


Pendant que certains crieront au scandale, d'autres jubileront.



La version originale de 1972

Black out de Brian Selznick

Black out de Brian Selznick

Voici le nouveau roman de Brian Selznick, l'auteur de L'invention d'Hugo Cabret (que je n'ai pas lu d'ailleurs mais qui me disais bien quelques chose...en effet il a été adapté au cinéma par Martin Scorsese en 2011).

Nous avons deux histoires en parallèle.

La première est celle de Ben. Nous sommes en 1977 et le garçon vient de perdre sa mère, décédée dans un accident de voiture. Un soir d'orage où il se réfugie dans la chambre de sa mère, il découvre dans un tiroir un livre Le cabinet des curiosités (sur l'histoire des musée) ainsi qu'un médaillon. Plusieurs indices le conduisent à penser qu'ils pourraient le conduire à retrouver son père qu'il n'a jamais connu. Sa quête le mènera à New York où les surprises ne manqueront pas.

La deuxième histoire est celle de Rose. Nous sommes en 1927 et cette jeune fille décide de quitter sa maison pour aller rejoindre sa maman, célèbre artiste.

Leur point commun ? La surdité des deux enfants qui a évidemment toute son importance dans ce roman et qui sera traitée en mots et en images d'une façon naturelle et évidente.

En effet, l'histoire de Ben nous est racontée “en mots” en alternance avec celle de Rose qui nous est contée “en images”. Ce qui fait toute l'originalité du roman. Brian Selznick récidive avec ce procédé qu'il avait utilisé pour L'invention de Hugo Cabret.

La quête d'identité des enfants est plutôt classique dans le genre mais les deux histoires restent passionnantes On s'attache rapidement à ces enfants qui chacun de leur côté cherchent leur place dans leur famille. Le dénouement des deux histoires qui se rejoignent s'avère très touchante. Et New York joue un rôle important dans leur construction personnelle.

Le découpage scénaristique contribue à la réussite de ce livre. L'alternance entre les mots et les images donne une fluidité et une respiration incomparable.

Ce roman est donc pour moi une très belle découverte !

Allez faire un tour du côté des Cannibales lecteurs qui en parlent aussi.

Ce roman est lu dans le cadre du Challenge New-York organisé par Enlivrons-nous !



tous les livres sur Babelio.com

Sorties poche 2012

 Sortie poche 07/03/12
 Notre avis

 Sortie poche 20/09/12
Notre avis

 Sortie poche 20/09/12
Notre avis

 Sortie poche 07/06/12
 Sortie poche 07/03/12
 Sortie poche 04/02/12
 Sortie poche 05/01/12
 Sortie poche 25/08/11

 sortie poche 30/08/12

 Sortie poche 11/01/12
 Sortie poche 07/03/12