jeudi, mars 26, 2020

Animal Crossing New Horizons, Nintendo Switch



En 2004, quand nous avons commencé à jouer ensemble sur Gamecube à Animal Crossing Population Growing, nous ne nous doutions pas de ce que cette licence allait devenir. C'était bien longtemps avant que nous n'emménagions sur l'Avenue qui allait abriter les centaines d'heures d'Animal Crossing New Leaf (depuis 2013) et du spin-off Happy Home Designer (2015).


Au fur et à mesure des années, ce monde d'animaux anthropomorphes est devenu un refuge protecteur, comme un cocon. Les relations y sont pacifiques, drôles, sympathiques et durent le temps qu'on veut. Dix minutes, une heure, une vie. Le monde qui y est proposé évolue en temps réel, il se passe donc toujours quelque chose, la nuit, le jour, le matin ou l'après midi. 

Il n'y à rien à faire qui soit obligatoire et il y a toujours quelque chose d'incroyable à admirer. En cela, cette expérience est très proche de la méditation. Parfois, je prends plaisir à poser la Nintendo Switch sur son pied et je profite du spectacle, des émotions des habitants, de leurs déambulations, du calme en somme que procure ce jeu vidéo hors norme. 


Alors oui, on peut cueillir des fruits, pêcher, attraper des insectes, dénicher des fossiles, réussir de mini objectifs ou de plus grands pour avoir des Nook Miles. Ces derniers viennent ici s'ajouter aux clochettes comme deuxième monnaie du jeu.

On peut ensuite fabriquer des objets, en acheter d'autres, décorer, s'habiller, célébrer, se promener entre les arbres et entendre le son de la mer sur notre île de moins ne moins déserte et voir le vent remuer les feuilles. 

Dans cet opus, j'adore ramasser du bambou, je trouve qu'ils sont particulièrement somptueux. J'aime aussi beaucoup les excursions entre amis (grâce au Nintendo Switch Online et son application pour mobiles) et celles vers des îles éphémères toujours différentes.

La première semaine de jeu arrive ce soir à minuit et je ferai un voeu ou plusieurs face aux étoiles filantes magnifiques pour que ce jeu continue d'apaiser un monde qui en a tant besoin.


Nos articles sur Animal Crossing sont ici.



vendredi, mars 20, 2020

Films noirs 1960's sur l'Avenue


Depuis une semaine, les habitant de l'Avenue se sont (re)plongés dans les films noirs américains des années 1960 avec quatre films qui nous ont tous conquis ! Merci à Patrick Brion pour les découvertes (To kill a mockinbird et The collector) et à notre cinéphile préférée (elle se reconnaîtra!) avec qui nous avons eu le plaisir d'échanger à leur propos.

 Du silence et des ombres (1962) - Fiche IMDB


Le rideau de brume (1964) Fiche IMDB - Article du blog

La poursuite impitoyable (1966) - Fiche IMDB


L'obsédé (1965) - Fiche IMDB

Seance on a Wet Afternoon (Le rideau de brume) Bryan Forbes - 1964


Myra dit être voyante et elle décide un jour d'échafauder pour devenir une medium célèbre. Ainsi, avec l'aide de son mari, elle prépare le kidnapping d'une enfant issue d'une famille très riche. Elle se présentera à eux affirmant avoir eu des visions du lieu où la fillette est retenue prisonnière. Le stratagème fonctionne mais Myra commence alors à perdre le sens des réalités... 



Il est des films dont on se souvient surtout pour leur ambiance et leur musique. Seance on a wet afternoon est de ceux-là...Une belle découverte sur l'Avenue ces derniers jours avec une musique de John Barry assez envoûtante et intriguante...

Fiche IMDB





jeudi, mars 12, 2020

Encyclopédie du film policier et thriller USA 1961-2018 - Patrick Brion

Encyclopédie du film policier et thriller USA 1961-2018 - Patrick Brion - éditions Télémaque - 2019
Nouvel arrivage sur l'Avenue ! affichette rare « Magnum Force » version japonaise
Après le premier volume Encyclopédie du film noir USA (1912-1960) où nous puisons inlassablement dedans depuis presque deux ans déjà (comme si Film noir :  all-time favourites ne nous suffisait pas), voici le denier pavé du passionnant Patrick Brion édité en fin d'année dernière qui a rejoint la bibliothèque de l'Avenue.

Comme il le précise en introduction, ce livre ne se veut pas exhaustif mais une sélection assumée avec des films très connus et d'autres beaucoup moins. Pour chaque film, le nom du réalisateur et celui des acteurs, un résumé du scénario ainsi que la critique de Patrick Brion qui regorge d’anecdotes.

Encyclopédie du film policier et thriller USA 1961-2018 - Patrick Brion - éditions Télémaque - 2019

Pour les films que l'on connaît, on se plaît à lire son avis que l'on partage bien souvent. Pour ceux qu'il nous fait découvrir, un simple commentaire suscite notre curiosité et notre appétit de cinéphile. Une chose est sûre, nous n'aurons jamais assez d'une vie pour tout voir...

Et pour ce soir, voici le film que nous avons regardé : l'adaptation du roman de Haper Lee Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur . Un très beau film qui donne envie de lire ce classique de la littérature américaine.


Les films noirs, films policier et thrillers vus sur l'Avenue

Encyclopédie du film policier et thriller USA 1961-2018 - Patrick Brion - éditions Télémaque - 2019

mercredi, mars 11, 2020

Paz - Caryl Férey

Paz - Caryl Férey - collection Série noire - Gallimard - 2019

Un vieux requin de la politique. Un ancien officier des forces spéciales désormais chef de la police de Bogota. Un combattant des FARC qui a déposé les armes. Un père, deux fils, une tragédie familiale sur fond de guérilla colombienne. (résumé de l'éditeur)


Après Mapuche et Condor, Caryl Férey continue son périple en Amérique du Sud avec un roman très dense et passionnant. 

L’écrivain voyageur nous emmène cette fois-ci en Colombie. Après avoir pris le pouls de ce pays, il nous retranscrit la (sur)vie quotidienne de la population et toute la beauté de la forêt équatoriale luxuriante en passant par les différentes facettes des grandes villes(où la pauvreté prédomine). 

Il signe une fois de plus un roman sans compromis, immersif, où la tragédie familiale se mêle à celle du pays.

Entre guérilla, trafics de drogues, meurtres,  manipulations et autres réjouissances politiques, cette histoire regorge de traumatisme, de violence et d’espoir réduit à néant. 

La Colombie d’aujourd’hui semble toujours aussi noire et si l’on en croit les notes finales de l’écrivain, sa fiction est en deçà d’une réalité encore plus sombre. Malgré les accords de paix avec les FARC, rien ne semble résolu et les choses ont sûrement empiré…

J'ai été littéralement conquis par ce roman qui mérite néanmoins une attention certaine pour enregistrer toutes les infos sur l'histoire du pays (qui sont amenées de manière fluide) et pour suivre le scénario (un poil alambiqué mais au vu de l'histoire du pays, il y avait matière à...). Pour ceux qui hésitent, je trouve que ça vaut le coup. Si Condor m'avait beaucoup déçu par son scénario pas assez abouti, Paz m'a largement réconcilié avec l'écrivain. 

Mes autres lectures des romans de Caryl Férey sont à découvrir ici.

Paz - Caryl Férey - collection Série noire - Gallimard - 2019