mercredi, mars 11, 2020

Paz - Caryl Férey

Paz - Caryl Férey - collection Série noire - Gallimard - 2019

Un vieux requin de la politique. Un ancien officier des forces spéciales désormais chef de la police de Bogota. Un combattant des FARC qui a déposé les armes. Un père, deux fils, une tragédie familiale sur fond de guérilla colombienne. (résumé de l'éditeur)


Après Mapuche et Condor, Caryl Férey continue son périple en Amérique du Sud avec un roman très dense et passionnant. 

L’écrivain voyageur nous emmène cette fois-ci en Colombie. Après avoir pris le pouls de ce pays, il nous retranscrit la (sur)vie quotidienne de la population et toute la beauté de la forêt équatoriale luxuriante en passant par les différentes facettes des grandes villes(où la pauvreté prédomine). 

Il signe une fois de plus un roman sans compromis, immersif, où la tragédie familiale se mêle à celle du pays.

Entre guérilla, trafics de drogues, meurtres,  manipulations et autres réjouissances politiques, cette histoire regorge de traumatisme, de violence et d’espoir réduit à néant. 

La Colombie d’aujourd’hui semble toujours aussi noire et si l’on en croit les notes finales de l’écrivain, sa fiction est en deçà d’une réalité encore plus sombre. Malgré les accords de paix avec les FARC, rien ne semble résolu et les choses ont sûrement empiré…

J'ai été littéralement conquis par ce roman qui mérite néanmoins une attention certaine pour enregistrer toutes les infos sur l'histoire du pays (qui sont amenées de manière fluide) et pour suivre le scénario (un poil alambiqué mais au vu de l'histoire du pays, il y avait matière à...). Pour ceux qui hésitent, je trouve que ça vaut le coup. Si Condor m'avait beaucoup déçu par son scénario pas assez abouti, Paz m'a largement réconcilié avec l'écrivain. 

Mes autres lectures des romans de Caryl Férey sont à découvrir ici.

Paz - Caryl Férey - collection Série noire - Gallimard - 2019

5 commentaires:

Ingannmic, a dit…

J'ai bien aimé ses premiers romans (Haka, Utu, Zulu) mais Mapuche m'a un peu déçue. Sa marque de fabrique (cette violence crue, sans concession) rend ses textes très forts, mais a parfois je trouve tendance à verser dans la caricature.

La Petite Souris a dit…

celui là je l'ai bien aimé !! content de voir que toi aussi ! :)

Guillome a dit…

@ingannmic : je ne sais pas si c'est sa marque de fabrique mais il reflète dans ses romans ce qu'il voit dans les pays qu'il traverse...même si à certains moments ça peut paraître caricatural...pour l'avoir rencontré et après ses explications, je comprend mieux pourquoi il s'exprime de cette façon. donc pour moi ça passe.

@la petite souris : oui oui j'avais laissé un commentaire sur ton billet !!! content de te voir ici. bises

Jérôme a dit…

Je n'ai lu que ses romans jeunesse mais je pense que sa production "adulte" a tout pour me plaire.

Guillome a dit…

@Jérôme : un de mes préférés reste "Zulu". pour la jeunesses, il se défend bien aussi !