La chambre d'ami de James Lasdun


La chambre d'ami est présenté comme un huit clos pervers. Hormis Françoise Sagan que je n'ai jamais lu, les références à Patricia Highsmith et Claude Chabrol mentionnées en 4ème de couverture ne sont pas usurpées.

Charlie, un riche banquier accueille son jeune cousin, Matthew le temps d‘un été dans sa maison de vacances. Bientôt, Matthew découvre un secret concernant Chloé, la femme de Charlie, qu'il aurait préféré ignorer. De conjectures en projections fantasmatiques, Matthew, fin observateur des allers et venues de leurs hôtes, se retrouve comme piégé dans cette maison dont la piscine ne saurait rafraîchir la tension et le mal être qui s'emparent de lui.

Matthew m’a rappelé par certains aspects Tom Ripley, le personnage emblématique des romans de Patricia Highsmith, et ce pour mon plus grand plaisir.

Même il ne se passe pas grand chose de transcendant du point de vue narratif, ce n'est pas pour autant que l'histoire est plate et ennuyeuse. Au contraire. Tout est dans l'atmosphère et la tension distillée par petite goutte. James Lasdun brosse le portrait de personnages à la psychologie fouillée, et décrypte subtilement la société américaine d'aujourd'hui. C'est plutôt bien vu. 

L'intrigue se ressert dans le dernier tiers du roman avec un revirement final inattendu (je suis assez crédule comme garçon ;-)). Certains auraient sûrement préféré plus de rebondissements (comme j’ai pu lire dans plusieurs blogs). Moi cela ne m’a pas du tout dérangé. Un roman captivant qui s’oubliera peut-être trop vite, ce qui ne gâche en rien le plaisir de lecture.    

La chambre d'ami - James Lasdun - traduit de l'anglais par Claude et Jean Demanuelli - Editions Sonatine - 2017 

Film noir - Cycle Joseph Losey


Grâce aux ressortis de ses films en version restaurée, nous avons découvert l'oeuvre de Joseph Losey avec The servant (voir notre billet) et Accident. Une sélection de 5 films, qui pourra, le cas échéant, être mise à jour au fur et à mesure de nos découvertes.
Joseph Losey - Fiche IMDB



La grande nuit (The big night) 1951 
M 1951 *
Le rôdeur (The prowler) 1951
Temps sans pitié (Time without pity) 1957
Les criminels (The criminal) 1960  
Top Film Noir de l'Avenue


A 17 ans, George est le témoin d'une sévère correction infligée par le journaliste Judge à son père. Que s'est-il passé ? Pourquoi son père semble avoir reçu les coups sans broncher ? Traumatisé par ce règlement de comptes, George décide de traquer le journaliste afin de se venger. En une seule nuit, le jeune homme va traverser diverses épreuves qui le transformeront.



Un insaisissable tueur en série kidnappe et tue de façon abjecte des fillettes. Il est activement recherché par la police. Mais le mécontentement des habitants est tel, que la pègre de Lss Angeles craignant également que la police ne finisse pas fouiller dans ses affaires, ne tarde pas à s’en mêler. Débute alors une chasse à l’homme haletante.

A noter que le film a été restauré et bénéficie d'une édition bluray remarquable (vu sur l'Avenue !) 


A l'occasion d'une ronde un policier retrouve une ancienne amie dont il devient l'amant. Il decide de se débarrasser du mari gênant.



David Graham découvre à sa sortie de cure de désintoxication que son fils est sur le point d'être exécuté car il est accusé du meurtre de sa petite-amie. David croit en l’innocence de son fils et va tout faire pour trouver le vrai coupable. Problème, alors que les preuves démontrant l’innocence du jeune homme s'accumulent, il se remet à boire et perd donc toute crédibilité...


Bande annonce
Johnny Bannion, un Irlandais spécialiste des cambriolages de haut vol, vient de sortir de prison. Là, il a passé le plus clair de son temps à préparer le coup de sa vie. Un vieux complice, Mike Carter, rejoint la bande. Le braquage se déroule comme prévu mais, alors qu'il vient de cacher le butin dans un endroit secret, Bannion est arrêté par la police. Afin de savoir où se trouve le magot, ses complices, toujours en liberté, kidnappent sa maîtresse et le font torturer en prison...

Les films noirs sur l'Avenue, c'est aussi :
Le cycle Robert Siodmak
Le cycle Otto Preminger
Le cycle Robert Wise
Le cycle Nicholas Ray
Le cycle Richard Fleischer
Le cycle Fritz Lang (1)
Le cycle Fritz Lang (2)
Le cycle Henry Hathaway


L’amant double - Conférence de Presse - Cannes 2017

amant double francois ozon


Après Frantz, François Ozon fait le grand écart et nous offre un thriller érotique époustouflant et d'une grande maîtrise.  Décidément, nous restons des fans absolus de ce réalisateur.

Un très beau billet, celui du Bison, à lire ici.


Experiment in terror de Blake Edwards


Dimanche soir, nous avons revu l'excellent film noir Experiment in terror (Allo...Brigade spéciale) réalisé par Blake Edwards en 1962, juste après Breakfast at Tifanny's. Henry Mancini, compositeur de la musique du film crée une atmosphère menaçante et contribue grandement à la réussite du film. 

Un psychopathe harcèle une employée de banque. Il ne lui laissera la vie sauve qu'à la condition qu'elle détourne une forte somme d'argent à son profit. La victime fait appel à l'inspecteur John Ripley. 



La scène d'introduction du film installe un malaise chez le spectateur qui assiste à une Lee Remik, impuissante, menacée par un inconnu à la voix perverse et au souffle court.

La première scène du générique du début dans les rues de San Francisco la nuit est juste parfaite :



Les acteurs, Lee Remick et Glenn Ford sont parfaits. Juste un petit bémol : le film aurait mérité d'être plus court pour une tension constante. 

Ce film noir a bénéficié d'une restauration et est disponible dans une édition DVD avec des commentaires de Patrick Brion, Bertrand Tavernier et de François Guérif.

Bande annonce du film :



Assurance sur la mort de James M. Cain

Assurance sur la mort de James M. Cain gallmeister 2017

Ecrit en 1936, Assurance sur la mort bénéficie 80 ans plus tard d'une nouvelle traduction de Simon Baril et d'une éclairante postface de François Guérif. Le roman n'a pas perdu une ride. 

Un de nos films noirs cultes étant sa splendide adaptation Double indemnity par Billy Wilder (ne ratez pas sa version remastérisée), l'intrigue du roman est encore plus forte et plus dense avec une dernière partie très différente de celle du film, bien meilleure.

L'auteur de Le facteur sonne toujours deux fois publié en 1934 reprend en partie la même trame narrative. Séduit par la troublante Phyllis Dietrichson, un agent d'assurance, Walter Neff conspire avec elle pour assassiner son mari, après lui avoir fait signer sans qu'il s'en aperçoive une police d'assurance prévoyant une grosse indemnité en cas de mort accidentelle. 

Raconté à la première personne, le lecteur sait rapidement que le plan va échouer et se demande comment et à quel moment surgira la faille du meurtre parfait, si tant est qu'il existe. 150 pages de pur bonheur qui en font un classique du roman noir.   

J'ai su alors ce que j'avais fait. J'avais tué un homme. J'avais tué un homme pour obtenir une femme. Je m'étais mis en son pouvoir, de sort qu'il y avait une personne au monde qui, si elle me pointait du doigt, causerait ma mort. J'avais fait out ça pour elle, et je ne voulais plus jamais la revoir aussi longtemps que je vivrais. 

C'est tout ce qu'il faut, une grosse goutte de peur, pour tourner l'amour en haine.

Assurance sur la mort - James M. Cain, traduit de l'américain par Simon Baril, collection Totem noir, éditions Gallmeister - 2017

Le Temps de Palanquine de Thierry di Rollo




De nouveau les éditions du Bélial nous gâtent!

En effet, le nouveau roman SF de Thierry di Rollo est un petit bijou ciselé avec un soin méticuleux qui se lit très (trop?) vite. Sa couverture est magnifique et représente bien le contenu du livre, onirique, inquiétant et plein d'amour.

Il nous plonge dans Le temps de Palanquine, c'est à dire dans le futur de notre planète qu'un astre couleur de sang menace et assombrit toujours plus.

Les hommes tentent de retourner dans le passé pour accélérer les découvertes scientifiques afin de pouvoir lutter contre Le fléau. Mais cela a pour première conséquence "les régressions", qui sont autant de disparitions des technologies du futur.

C'est dans ce contexte que deux "rectifieurs", Eleanor et John, vont nous montrer la force de leur amour. Immense et inoubliable.

Cette lecture est à la fois brève et très profonde et nous interroge forcément sur les valeurs qui sont les nôtres en tant qu'êtres humains.

Pour lire le début, c'est ici. Mais attention, vous risquez comme moi de tomber sous le charme de cette écriture sublime.