Paris la nuit de Jérémie Guez

Paris la nuit de Jérémie Guez

Abraham passe ses nuits dans les rues de Paris à errer sans but. Avec Goran, son ami d'enfance, ils dealent de temps en temps, histoire de se faire un peu d'argent, même si ils savent que ça ne les mènera pas bien loin. Après une baston dans un bar, tous les deux se retrouvent une fois de plus en garde à vue toute une nuit. Jusqu'au jour où il décident de monter un coup : braquer une salle de jeux illégale située à l'arrière d'un bar.

J'ai une dernière chose à vous dire. Mon frère m'a toujours dit que lors d'un braquage il ne faut jamais beaucoup parler, il faut seulement ne pas donner l'impression d'hésiter. Sinon, il y a des morts. 

Voici un roman noir, très noir où l'on sait dès le début que le personnage principal va faire une descente aux enfers. Une chute qu'il va lui même provoquer, conscient qu'au fur et à mesure de ses (non) choix il creuse un trou de plus en plus profond. Il s'agit pour lui d'expériences aléatoires qui le mènent toujours un peu plus loin. Mettre un pied devant l'autre, c'est déjà pas mal. Tout ça pour limiter la casse. Pourtant des rêves il en a eu, mais ce Paris carte postale, il crache dessus, et la porte de sortie n'est pas prévue au programme.

Un roman qui vous prend à la gorge et qui vous fait déglutir difficilement. Un roman d'une grande intensité, tirant sa force d'une écriture puissante. Quand on pense que l'auteur n'a que 23 ans on applaudit son style déjà affirmé et maîtrisé.

Un roman qui s'avale d'un coup. Un grand merci à Bruno qui m'a donné l'eau à la bouche. Un véritable coup de coeur pour moi aussi. Autant vous dire que ce roman commence sérieusement à faire des addicts. Pour vous convaincre,  retrouvez les avis de Noirs desseinsMoisson noire, Black Novel, Guillaume Fortin.

Paris la nuit est le premier opus d'une trilogie à avenir. On s'en réjouit d'avance.

Paris la nuit - Jérémie Guez - La Tengo Editions - 2010

Mabel Mercer, Getz / Gilberto #2

Mabel Mercer
























Avec les merveilleux cds dont parlait Guillome dans le post précédent ,sont aussi arrivés deux disques extraordinaires, tournés vers le Jazz eux aussi.

Le premier, de Mabel Mercer (deux autres arrivent prochainement, et j'en reparlerai je pense), "Echoes of my life" :

Mabel Mercer y chante avec cette voix si unique des chansons du répertoire américain, et quel patrimoine!
Ecouter l'album, c'est l'adopter et le placer d'avance eu haut des étagères, mais pas trop haut, là où on peut l'attraper facilement. Un disque à taille humaine que je suis fier de partager ici, essayez vous ne le regretterez pas.

Le deuxième vient d'une réflexion toute simple. L'album Getz / Gilberto est un de mes disques préférés. Un de ceux faits pour l'île déserte. Et puis souvent j'avais vu ce #2, live au Carnegie Hall, qui me faisait de l'oeil. Alors commandé, avec des bonus sublimes où la voix d'Astrud Gilberto nous emmène droit vers la rêverie.

Getz / Gilberto #2



















Alors faites comme sur l'Avenue : Rêvez dès à présent, et en musique bien sûr!

Jazz club...







Nouvel arrivage From the avenue. Des sélections et des enregistrements de qualité...pour des ambiances raffinées, des voyages illimités...

C'était demain de Karl Alexander

C'était demain de Karl Alexander

Etes-vous prêt à voyager dans le temps ?

Londres, 1893. Le célèbre H.W. Wells invite ses amis pour leur parler de son projet tenu secret : une machine à voyager à travers le temps. Mais, manque de chance, il ne sera pas le premier à l'utiliser, mais son invité, Leslie John Stephenson qui n'est d'autre que Jack L'Eventreur. Bien décidé à le coincer pour le soumettre à la justice, il part le rejoindre, projeté à San Francisco en 1979.

Voici un roman plaisant où l'on suit nos deux héros du XIXè dans le monde d'aujourd'hui. Wells qui était persuadé que le progrès scientifique et la technique permettra à l'homme du futur de vivre dans un monde en paix ne sera pas au bout de ses surprises et désenchantera rapidement.

Jack L'Eventreur, très à son aise dans cette ville remet le couvert en assassinant des jeunes femmes et notre pauvre Wells dépassé par les évênements aura bien du mal à le capturer. Mais c'est sans compter sur la rencontre d'une jeune banquière et sur son esprit vif que notre gentleman réussira à revenir à son époque.

Pleins de rebondissements plutôt classiques et parfois attendus, mais ici peu importe, on se laisse faire.  Place au divertissement.

Merci à Biblio-Manu qui m'a donné envie de lire ce roman dont la première édition date de 1980 (couverture ci-dessous) et qui vient de ressortir il y a peu. Penez le temps de lire son avis : ici

Jazz club Verve

Une partie de la collection Jazz Club du label Verve vient d'arriver From the avenue.

Ingfried Hoffmann est connu en Allemagne pour ses musiques de films et de séries télé. Dans les années 60 il rend hommage au célébère espion en réinterprétant à l'orgue Hammond les thèmes musicaux des films de James Bond (comme Thunderball ou Goldfinger). Il composera aussi plusieurs morceaux inspirés des 4 premiers films de James Bond et de l'univers des romans de Ian Flemmin. C'est terriblement efficace et entraînant !

En écoute ici


Un look stylé pour une musique d'exception ! La musique easy listening, c'est parfait pour le we qui approche ! 

En écoute ici
avec la piste 11 "I will wait for you" (reconnaissez-vous ce chef d'oeuvre ?)

Sukkwan island de David Vann, lu par Thierry Jansseen


Je ne suis pas un habitué des livres audio. Cependant, je me suis laissé prendre au jeu en écoutant la voix de Thierry Janssen lire ce roman que nous avions particulièrement apprécié. Une redécouverte avec la même tension éprouvé lors de la première lecture.


Destination Colombie


Aujourd'hui, participation à "Destination Colombie" organisée par Lucie. Voici ma petite contribution (livre dont j'avais déjà parlé à l'automne ici.

Du bruit dans le silence de Pascal Dessaint

Du bruit dans le silence de Pascal Dessaint rivages noir

Depuis le temps que je voulais découvrir Pascal Dessaint, c'est chose faite.

Enquête policière dans le milieu sportif, celui du rugby. Pascal Dessaint vous explique tout : règles, techniques, pression avant un match, 3è mi-temps...de manière fluide et très digeste pour les néophytes dont je fais parti.

Deux voix s'alternent tout au long du récit : celles de Benoît et d'Elie, tous les deux flics.
Benoît, est aussi un ancien rugbyman qui a du arrêter sa carrière sportive à cause d'un grave accident lors d'un match. Lorsque son ami de longue date, Maurice Tamboréo, figure montante du Rugby français se fait abattre en pleine rue, Benoît est persuadé que l'assassin ne peut se trouver parmi les autres joueurs. Elie, son supérieur est arrivé depuis peu sur Toulouse et habite avec sa mère alcoolique. N'y connaissant rien à ce sport, il est pourtant convaincu que le meurtrier peut se cacher parmi les remplaçants.

La réussite de ce roman tient d'abord à l'écriture très humaine de Pascal Dessaint. Dès les première pages, j'ai su que j'allais aimer. Un bon polar à la française. Les personnages ont une vraie épaisseur. Une enquête étalée sur 4 jours seulement, dont le lecteur aura les clés seulement dans le dernier quart. J'ai aimé me faire avoir, même si c'était là sous mes yeux.

Dans son roman, Pascal Dessaint s'autorise un clin d'oeil à son commissaire Claude Mousplède (voir aussi un long portrait de l'écrivain sur le site officiel de Claude Mousplède).  

Ce roman a remporté le Prix Mystère de la critique en 1997.
A noter que son dernier roman : Le bal des frelons vient de paraître en début d'année.

Mars from the avenue...






















































Vampire et... Célibataire de MaryJanice Davidson

Vampire et... Célibataire de MaryJanice Davidson

Alors là, elle fait fort MaryJanice Davidson !!! Son héroïne, Elizabeth Taylor, aussi appelée Queen Betsy (apparemment le nom de la série qui débute avec ce volume 1), résume ainsi ses aventures page 329: "D'abord morte, puis vampire, reine et maintenant, nympho. Quelle semaine!"

Et effectivement, on la suit pendant une semaine à travers des aventures rocambolesques et incroyablement rafraîchissantes en période de vacances. J'avoue que cette légèreté fait du bien, c'est un peu comme regarder la télé (même si cela fait des années que je m'en passe, je crois me souvenir que ça ressemblait à ça). Ouvrir ce roman oui, bien sûr, c'est un peu comme ouvrir le robinet, boire, et oublier qu'on a eu soif. Malgré tout, j'attends le deuxième volume avec une impatience non dissimulée.

Milady, Castelmore, et bien sûr Bragelonne, n'ont pas fini de nous divertir, et c'est tant mieux. La reine est morte, longue vie à la reine.

Retour parmi les hommes de Philippe Besson

Retour parmi les hommes de Philippe Besson

Philippe Besson décide de donner une suite à son premier roman En l'absence des hommes. Le jeune Vincent de l'Etoile, après la mort de son compagnon, tombé aux champs d'honneur, décide de quitter la France pour voyager du Moyen-Orient en passant par l'Afrique et atterrissant aux États-Unis. Un long voyage de 7 ans avant d'être retrouvé par un détective employé par sa mère qui le fera revenir à Paris. De retour, il fait la rencontre d'un certain Raymond (Radiguet), jeune écrivain qui vient d'écrire Le diable au corps.

Les fidèles lecteurs de Philippe Besson (dont je fais parti) apprécieront de retrouver sa plume, sa fragilité, les phrases courtes, les images poétiques, les sentiments décortiqués. Un exil pour oublier, un retour à Paris un peu trop facile à mon goût et une rencontre improbable pour une renaissance...tout cela en 200 pages !!! Les romans de Philippe Besson se lisent vite, mais ici on a l'impression de tout survoler (j'avais eu aussi le même sentiment pour son précédent roman La trahison de Thomas Spencer) sans avoir le temps de se poser, d'apprécier et de rester avec Vincent.

La deuxième partie parisienne m'a néanmoins davantage convaincu et donne envie d'en savoir plus sur la vie éphémère de Radiguet (notamment ses liens avec Jean Cocteau et le milieu artistique qu'il fréquenta).

Alors oui, j'ai passé un agréable moment de lecture mais la frustration est toujours là. Une histoire qui laissera peu de traces dans ma mémoire, dommage !