lundi, novembre 30, 2020

Le corps de Stephen King


Années 1960. Eté caniculaire. Fin de vacances pour ce groupe de copains : Gordon, Chris, Teddy et Verno. Ils s'ennuient fermement dans leur bled paumé. Ils ont 12 ans et ne demandent qu'à vivre le grand frisson.

Suite à la découverte d'un cadavre par une autre bande plus âgée qu'eux (dont certains grands frères), ni une ni deux, ils décident d'aller voir par eux-mêmes ce "mort" de près. Sac à dos sur les épaules, les voilà partis le long de la voie ferrée pour l'aventure.

Chercher à se faire peur, se prouver que l'on est déjà grand, le passage de l'enfance à l'âge adulte, les premières fois. Autant de thèmes de prédilection dont Stephen King raffole en mettant cette nouvelle un morceau de son enfance.

Quelle bonne idée d'avoir rééditer cette ancienne nouvelle dans une collection pour ados ! Un bien belle façon de faire découvrir le maître de l'horreur. Pourtant ici, point de fantastique. Peu importe. Le suspens est bien là, même si il ne semble pas se passer grand chose à priori. 

Stephen King est un novelliste hors pair et sait en quelques pages seulement vous faire adhérer à son histoire et vous faire aimer ces quatre gosses dont la plupart n'ont pas une enfance facile (père alcoolique et violent notamment).

L'histoire nous est racontée par Gordon, l'alter égo de Stephen King, devenu adulte, qui revient sur ces années de préadolescence qui marquent à jamais. Dans cette histoire, il commence déjà à écrire dans son coin et raconte à ses potes ces premiers textes. C'est touchant et très drôle.

La nouvelle a été écrite au début des années 1980. Est-ce que les ados d'aujourd'hui peuvent s'y retrouver ? Je pense que oui malgré les références culturelles de l'époque. Oui, parce que Le corps est avant tout une histoire d'amitié et une quête de soi-même qui raconte la joie et la douleur de l'adolescence. 

Et puis, pour ceux qui veulent prolonger le plaisir, il y a la superbe adaptation cinématographique Stand by me de Rob Reiner dont on ne se lasse pas sur l'Avenue.  

Le corps - Stephen King - traduit de l'américain par Pierre Alien- Collection Wiz - Albin Michel - 2019.

vendredi, novembre 27, 2020

Mockba - Jean-Louis Murat - édition vinyle (2019)

En 2005, Jean-Louis Murat sortait 2 albums qui se sont suivis à quelques mois d'intervalle : Mockba et 1829.

L'édition vinyle de Moscou propose 5 bonus (face D) en plus des 14 titres. Coup de cœur pour l'un des inédits Avenue de l'opéra.

mercredi, novembre 25, 2020

L'aimant de Lucas Harari

 


Après ma lecture enthousiaste de La dernière rose de l'été, je viens de relire la première bande dessinée de Lucas Harari que j'avais découvert lors de sa sortie en 2017.

Pierre, jeune étudiant parisien en architecture, entreprend un voyage en Suisse afin de visiter les thermes de Vals. Ce magnifique bâtiment, conçu par le célèbre architecte suisse Peter Zumthor, au cœur de la montagne, le fascine et l’obsède. Cette mystérieuse attraction va se révéler de plus en plus forte à mesure que Pierre se rapproche du bâtiment…Ces murs recèlent un mystère, Pierre en est persuadé - une porte dérobée, qu'il doit absolument trouver. (présentation de l'éditeur)

J'ai tout de suite été attiré par les couleurs et le graphisme de cette BD. Ligne claire, composition des cases, couleurs froides traitées à la manière d'une sérigraphie, le choix du grain de papier agréable au toucher. Un très bel objet à tenir entre les mains. Tout comme le personnage principal de cette histoire, j'ai été fasciné par ce bâtiment architectural.


Ce mystère en haute montagne et cette atmosphère étrange à la frontière du fantastique m'ont séduit dès les premières pages. Je n'ai pas lâché cette bande dessinée avant d'arriver à la fin. Un récit original et magnétique par ses dessins. Immersion garantie. Un coup de maître pour Lucas Harari.  

L'aimant - Lucas Harari - Editions Sarbacane - 2017

mardi, novembre 24, 2020

Le moujik et sa femme - Jean-Louis Murat - vinyle (2018)


J'ai découvert cet album, non pas lors de sa sortie en 2002 mais étrangement (je ne sais plus pourquoi) avec la sortie du E.P. L'au-delà quelques mois après. 3 inédits le composaient. Ils sont repris dans leur intégralité dans cette édition vinyle en version remasterisée.

Merci Stéphane pour cet PLV cartonnée de l'album (dernière photo ci-dessus).

samedi, novembre 21, 2020

Nos dernières lectures - Automne 2020

 

6ème tome déjà ! Nous avions découvert le trio en 2014 - Notre billet
Eriophora - Peter Watts

Alors que la revue de science-fiction Bifrost sort son 100ème numéro et que nous sommes plongés dans ses nouvelles, le numéro 16 spécial Philip K. Dick est arrivé sur l'Avenue.

Un numéro entièrement consacré à Shirlay Jackson, hourra ! + d'infos.

Un récit effarant, corrosif et brutal. L’autopsie littéraire d’une american way of life aussi éculée que mortifère.(présentation de l'éditeur).

Un roman réaliste, criant de vérité sur la famille et la difficulté d'être un "bon" parent. De la colère contenue et de l'émotion à chaque page. Une très belle révélation pour un premier roman.

Dans les coulisses du temple du soleil, passionnant ! + d'infos




vendredi, novembre 20, 2020

Matt Emery - Empire (Daigo Hanada Rework) par Moderna Records

mardi, novembre 17, 2020

Mustango - Jean-Louis Murat - édition vinyle - 2019


L'année dernière, sortait pour la première fois en version remasterisée l'édition vinyle d'un album marquant dans la discographie de Jean-Louis Murat...20 ans déjà. 

Un album que j'aime particulièrement et qui fut, à l'époque, l'occasion d'aller applaudir le chanteur pour la première fois sur scène en novembre 1999.

samedi, novembre 14, 2020

Une bibliothèque gay idéale : Dictionnaire critique et quasi exhaustif de la littérature gay disponible en langue française

 

 
Plusieurs amoureux des belles lettres ont construit ce dictionnaire titré Une bibliothèque gay idéale. Ce titre indique déjà un objectif : permettre à chaque lectrice ou chaque lecteur de se constituer, à partir de ses goûts personnels et de sa sensibilité, non pas « la » mais bien plutôt « une » bibliothèque gay idéale, la sienne. La littérature gay englobe, ici, tout écrit évoquant, de manière non secondaire ou non anecdotique, les amours masculines, quels que soient l'âge ou l'origine socioculturelle des protagonistes, quelles qu'en soient les formes ou les manifestations. Le spectre très élargi de ce travail dessine un paysage complet de la littérature à thématique gay de 2 000 ans avant Jésus-Christ jusqu'à notre XXIe siècle. (présentation de l'éditeur)
 
Repéré sur le site de la librairie Les mots à la bouche, il n'a pas fallu attendre que ce dico arrive sur l'Avenue. Nous nous sommes prêtés au jeu de rechercher les livres que nous avions lu et de voir comment ils étaient présentés et critiqués. Un travail collectif où l'on ressent les goûts des auteurs et la mise en avant de certains écrivains.
 
Ce dico recense aussi bien les romans que les livres pour enfants et adolescents ou bien encore les mangas yaoi (bd japonaises mettant en scène des histoires d'amour entre garçons) et la multitude d'"homoromances". Aucun genre littéraire n'est épargné.    

Une véritable bible pour un lectorat gay mais qui évidemment peut intéresser un public bien plus large. 
 
Les curieux qui sont à l’affût de découvrir des histoires et des livres avec une thématique ou des personnages LGBTI (Lesbiens, gay, bisexuel, transgenre, intersexe) sont parfois démunis de savoir où trouver ces textes, ignorant l'existence même de certaines maisons d'éditions qui les publient. Ce dictionnaire comble un manque à ce niveau là. De quoi assouvir notre appétit et de découvrir de nouveaux auteurs. 

Nous en profitons pour saluer ici une nouvelle fois l'immense travail des Mots à la bouche qui nous ont permis de découvrir de belles pépites au fil des années lors de nos virées parisiennes.

L'inoubliable Plus tard ou jamais

Le très beau Les amours interdites de Yukio Mishima.

Un jeune américain d'Edmund White dont on avait parlé sur ce blog pour un autre de ces livres Jack Holmes et son ami.

L'excellente série policière avec le personnage d'Henry Rios imaginé par Michael Nava (voir notre billet ici).

Autant vous dire que nous ne seront pas en manque d'inspiration de lecture pour les prochaines années ! 

Voir aussi quelques unes de nos lectures gay-friendly commentés sur ce blog.

Une bibliothèque gay idéale : Dictionnaire critique et quasi exhaustif de la littérature gay disponible en langue française  -L'Harmattan - 2020.

lundi, novembre 09, 2020

Betty de Tiffany McDaniel

 


Dans la famille Carpenter, je voudrais la sixième enfant, Betty. Celle qui grandit la tête dans les étoiles pleines d 'histoires incroyables que lui raconte son père. 

Son père, Landon Carpenter est cherokee. La lignée de sa famille est maudite. Avant les femmes étaient les chefs de famille. Aujourd'hui, ce sont les hommes à son grand regret.

Ce père aimant, très proche de sa fille lui transmet, à elle seule, les traditions et l'âme de sa culture. Fin connaisseur de la nature et de ses bienfaits, Betty l'observe, apprend et s'approprie la magie et les mythes de son père. Un terreau fertile à l'écriture. Car c'est aussi par les mots qu'elle deviendra elle-même.

Elle sera confrontée au racisme de son époque. La méchanceté sans borne des enfants tout comme son père dont la famille est perçue dans la ville où ils emménagent comme des marginaux.

La mère de Betty, ses deux soeurs luttent elles aussi. Elles lui déverseront leur souffrance mais lui donneront aussi du caractère et de la force, Elle grandira, choisira des propres armes et comprendra ce que veut dire être une femme dans les années 50,60 et 70.

La famille Carpenter, c'est aussi des secrets bien enfouis dans la terre. D'atroces révélations et des drames qui se succèdent (un peu trop parfois à mon goût). Betty devra s'en affranchir et chasser les démons de sa maison intérieure.

Betty, un roman de 700 pages qui vont emporte. Sa construction est impeccable. Vous tournez les pages sans vous en rendre compte. 

Tiffany McDaniel est d'origine cherokee et s'est inspiré de la vie de sa mère qui a grandit dans les Appalaches de l'Ohio pour écrire.

Elle a une imagination débordante, hallucinante. C'est ce que je retiens de ce roman, une écriture qui explose, fleurit et déborde de partout. 

Un roman plein de violence, d'obscurantisme avec très peu d'espoir ou de lumière.

Un roman plein de vie, de douleur, de poésie et de tristesse.

Un roman immersif, puissant et bouleversant.

Betty - Tiffany McDaniel - traduit de l'américain par François Happe - Gallmeister - 2020.

dimanche, novembre 08, 2020

Toboggan - Jean-Louis Murat - édition vinyle (2013)



En 2013, Toboggan avait tourné en boucle sur l'Avenue, au point de devenir l'un de mes albums préférés de l'artiste. J'en parlais à l'époque sur le blog (voir le billet). 

Il bénéficiera d'une ressorti Toboggan spécial avec 5 titres inédits. Je trouve le vinyle très beau grâce notamment au choix du papier canson de la pochette.

Cet album est un condensé de l'univers du chanteur tant pour ses paroles que pour sa musique.

vendredi, novembre 06, 2020

Lilith - Jean-Louis Murat - édition vinyle (2003)

 

Lilith est pour moi l'un des albums l'un des plus rock et des plus énergiques du chanteur. En concert, ça dépote. C'était en 2003 avec le souvenir d'un artiste grincheux avec le public mais qui donne tout sur scène. Mon titre préféré : Se mettre aux anges.

Ce triple vinyle est graphiquement de toute beauté. Il est ressorti en version remasterisée en 2019.