Les ragazzi de Pier Paolo Pasolini

Les ragazzi de Pier Paolo Pasolini 10 18

Le titre original Ragazzi in vita que l'on pourrait traduire par "débrouillards" annonce un roman dur, extrème et fort. C'est le premier roman de Pier Paolo Pasolini écrit en 1955.

Nous sommes à Rome au lendemain de la guerre (1945) dans les quartiers pauvres où trainent jour et nuit des gamins. Ce sont des enfants et de ados qui glandent et tentent de survivre. Prêts à gagner la moindre pièce pour manger ou s'offrir une petite virée, ils volent, acceptent les petits boulots et se prostituent. Bien souvent ils se retrouvent dans des histoires glauques et des sales coups. Plusieurs d'entre eux finissent en maison de correction ou en prison tandis que d'autres y laissent leur peau.

Le lecteur suit les histoires de ces gamins qui doivent rapidement se forger une carapace et paraître fort aux yeux des copains. Transparaît rapidement leur faiblesse, solitude, et leur certaine naïveté. Ils n'arrêtent pas de s'insulter mais cherchent sans arrêt la compagnie et de manière maladroite l'amitié. Mais dans ce milieu où règne la loi du plus fort, tous les coups sont permis et la trahison est monnaie courante.

J'ai appris qu'à sa sortie, le livre avait fait scandale et qu'une plainte avait été déposée pour son contenu soit-disant pornographique (la prostitution masculine). Pourtant Pasolini sera acquitté. Je pense que le livre reste soft pour un lecteur d'aujourd'hui mais je peux comprendre qu'il ait pu choqué à l'époque où les moeurs étaient autres, dans un pays catholique puritain. Mais à bien y réfléchir, je ne serais pas étonné que ce roman puisse continuer à être controversé. Car pour moi, ce roman est à la fois dérangeant et fascinant.

Pasolini utilise un argot des enfants des rues. La lecture m'est donc apparue au départ un peu difficile, mais j'ai vite été plongé dans cet univers noir, crade, infame et puant. J'avais été choqué en regardant pour la 1ère fois un film de Pasolini Salo ou les 120 jours de Sodome. Il en est en quelque sort de même pour ce roman. Cependant je vous invite vivement à découvrir son univers.

Les garçons, vient de sortir en DVD chez Carlotta. Ce film de 1959, de Mauro Bololigni (réalisateur du Bel Antonio) a bénéficié d'une nouvelle restauration. C'est l'adaptation assez libre du roman de Pasolini qui a participé au scénario. Il faut donc que je me le procure rapidement !

True Blood















Une saison 3 accrochante, percutante, stressante, sanguinolante, éblouissante, gaytissante (!?), épatante, innovante....Et toujours avec le même générique entêtant....I want do bad things with you !


 

A single man : bientôt le dvd






















Le film est sortie en salle le 24 février 2010. Le DVD et le Blu-Ray sont sorties aux Etats-Unis le 6 juillet dernier. Il faudra attendre le 29 septembre prochain pour les voir débarquer en France. En attendant, rendez-vous sur le site officiel du film :

http://www.asingleman-movie.com


Le livre de yaak : chronique du Montana de Rick Bass

Le livre de yaak : chronique du Montana de Rick Bass gallmeister

La vallée du yaak est un lieu magique. Elle se déploie sur une bande étroite qui sépare les montagnes abruptes et glacées du Nord des Rocheuses des forets humides du Pacifique Nord-Ouest. Si elle n'a pas pu obtenir un statut officiel de zone protégée, elle demeure une contrée sauvage, la plus sauvage, à bien des égards, de toute la partie continentale des Etats-unis.

Une chose est certaine : en refermant ce livre, on a envie de prendre l'avion et de visiter cette vallée unique, un des derniers endroits "vierges" du globe. Rick Bass sait indéniablement nous faire partager son amour pour cette région qu'il a découverte il y a plus de 25 ans. Il nous raconte son arrivée dans la vallée avec sa femme et son coup de coeur immédiat pour la région.
Le lecteur suit Rick Bass dans ses promenades, écoute avec lui le bruit des arbres et des rivières. Le respect des animaux et la communion qu'il a avec eux sont fascinants.
Rick Bass est aussi un homme engagé qui ne cesse depuis des décennies d'envoyer des lettres au congrès afin que celui-ci classe la région en espace naturel protégé. Ces chroniques me donnent envie de continuer avec d'autres de ses livres, dont Winter qui vient d'être publié en poche.

Site de l'éditeur

Le premier qui l'a dit de Ferzan Ozpetck


Le premier qui l'a dit de Ferzan Ozpetck
Hier soir, nous sommes allé voir ce film italien qui fait parler de lui.
On s'attendait plus à une comédie qu'à un drame familial qui ne devait apparemment être qu'une excuse. Deux fils homosexuels révèlent leur secret à leurs parents.


Et bien, dès les premières images de ce mariage où l'on n'est sûr que d'une chose, c'est l'identité de la mariée (qui plus tard deviendra la grand-mère au premier plan ci-dessus, et quelle grand-mère! un personnage de légende), on découvre une terre italienne, Toscane probablement, et une architecture remplie de dédales dans lesquelles on souhaite se perdre pendant longtemps.
Alors bien sûr le film est trop court, sa structure un peu répétitive (émotion, rire, émotion...), mais on entre dans cet univers pour n'en plus ressortir.
 
Quelle joie de plonger dans le regard de l'acteur principal abasourdi qu'il est par cette femme qu'il ne peut aimer :


Avec elle et son petit ami (à lui) sur la plage :


et ses amis gays en provenance directe de Rome :


Bref, un régal des sens. Un film simple, populaire, qui fait réfléchir et rêver. Tout cela servi par un jeu d'acteurs hors du commun, d'une justesse époustouflante. Encore une fois, ma préférence va au personnage de la grand-mère, prodigieuse Ilaria Occhini, qui insuffle une vie si troublante non seulement à ce rôle, mais aussi à cette famille et finalement à tout le film.
Au milieu de la danse de toutes ces images, je me suis rappelé que ce qui est important dans la vie. Vraiment. C'est de se tromper, d'essayer, d'avancer. Toujours. Sans savoir ce qui adviendra, mais en suivant son instinct, ses envies, qui savent où nous guider. Pour le meilleur.
Déjà un classique, dont j'attends la sortie dvd avec une impatience réelle, et la BO, déjà commandée sur le net la nuit dernière, presqu'autant.

Courez-y!

Life de Keiko Suenobu


Attention : série choc à ne pas manquer ! Le manga Vitamines paru en France il y a quelques années m'avait bluffé. Keiko Suenobu revient avec une nouvelle série, prévue en 20 tomes dont le 13ème vient de paraître récemment.

Ayumu est une collégienne rejetée par les filles de classe qui n'hésitent pas à la brimer et à la couvrir de ridicule de manière parfois très dure. Comme « échappatoir » à toute cette méchanceté et à l'injustice de la vie, elle se taille les veines. Et pour en rajouter elle se fait abuser par le petit ami d'une des filles de sa classe.

Chaque tome se lit à une vitesse hallucinante. Suenobu nous gratifie de cases assez larges laissant place à des jeunes filles dans des scènes théâtrales, avec des yeux énormes afin de souligner émotions, faiblesse, vengeance, candeur. Nous sommes très loin des shôjo pour midinettes, ici ça décape.


Les thématiques de l'exclusion et des brimades peuvent sembler du déjà vu, mais ici on n'y va pas avec le dos de la cuillère. C'est trash et rien n'est épargnée à la jeune Ayumu. Plus les tomes passent, plus la cruauté est grande. On se demande comme elle va s'en s'en sortir. Certains diront que trop c'est trop devant tout ce qui lui arrive. Pourtant je pense que ce manga est malheureusement assez réaliste et doit faire écho chez certaines jeunes filles (ou garçons d'ailleurs).


Pourtant, Ayumu retrouvera les forces nécessaires en rencontrant l'intrigante Miki pour lutter et avoir le bonheur de vivre tout simplement ! Mais le parcours est long et semé d'embuches pour être aimé des autres et prouver au monde entier qui on est vraiment. Trahison, soif de liberté, amour et amitié sont au coeur de ce manga captivant.



Au rebond de Jean-Philippe Blondel

Au rebond de Jean-Philippe Blondel

Alex et Christian, sont deux copains. Deux mondes se rencontrent. Christian vient d’un milieu bourgeois,  sa mère voit son mari  la quitter et perd les pédales. Quant à Alex, sa mère l’a élevé toute seule et a du mal à joindre les deux bouts.
Devant des situations familiales douloureuses, ils vont être contraints d’habiter ensemble. La mère d'Alex aidant celle de Christian. Les deux adolescents  vont apprendre à s’entraider au quotidien, malgré leurs différences. Loin des clichés, voici un beau roman d’amitié masculine qui sonne juste, encré dans l’époque d’aujourd’hui.
Une belle surprise pour un écrivain que je découvre.

Je vous conseille un autre avis ici.

Casco bay de William G. Tapply


Casco bay de William G. Tapply gallmeister

Voici une nouvelle aventure de Stoney Calhoum, pêcheur et policier à ses heures. Après une première histoire finement menée (Dérive sanglante, voir ici ), William Tapply nous emmène de nouveau en barque. Stoney découvre par hasard, lors d'une sortie de pêche avec un de ses clients, le corps calciné d'un homme avec son sexe dans la bouche. Oups, tout ça ne présage rien de beau. Et Stoney, finira par reprendre du service en acceptant son étoile de shérif adjoint pour les besoins de l'enquête.

On retrouve tout le charme du 1er roman. Les relations de Stoney avec sa copine Kate se détériorent. Son amnésie le hante toujours et lui révèle de nouveaux indices sur sa vie passée. L'intrigue fonctionne bien, peut-être avec un final un peu moins surprenant que le 1er. Les personnages sont toujours aussi fouillés et attachants. L'écrivain prend son temps et continue à nous faire partager son amour de la pêche et de la nature.

Sole ti amo par Françoise Hardy

























Si viveva con il sole
E ci svegliava lui
Ogni mattina
E a due passi c'era il mare
Bastava scivolare
Dalla collina
Sulla spiaggia correvamo
La mano nella mano
Come bambini
Mi portava una conchiglia
E il sale sulle ciglia
Mi baciava piano

Sole ti amo
Tu sei fedele
Ma lui no
A quest'ora
Dove sta?
Chissà

Preparavo dei panini
Divisi in due cestini
Ogni mattina
Si mangiava sugli scogli
O sopra una tovaglia
Di sabbia fina
Così passavano le ore
Distesi accanto al mare
E si sognava
Una casa e dei bambini
Tante rose in un giardino
Che felicità

Sole ti amo
Tu sei fedele
Ma lui no
A quest'ora
Dove sta?
Chissà

Sole sole dimmi tu
Lo vedi di lassù
Il mio amore?
Tu che da un'eternità
Vedi ogni felicità
E ogni dolore
Quante spiagge io vedrò
E visi guarderò
Nella mia vita
Per scordare piano piano
Quella casa e quei bambini
Che non mi darà?

Sole ti amo
Tu sei fedele
Ma lui no
A quest'ora
Dove sta?
Chissà

Sole ti amo
Tu sei fedele
Ma lui no
A quest'ora
Dove sta?
Chissà
 
Françoise Hardy - Sole Ti Amo .mp3

Le top des films gay

Une fois n'est pas coutume, je me prends au jeu de répondre à l'invitation de Cachou et d'établir mon top 15 des films "gay" à l'occasion de la gaypride. Alors évidemment c'est choix qui demain pourrait être un autre. Vous remarquerez que les films de François Ozon y sont très présents (curieux, non ?) et les films sélectionnés sont principalement des films français. En tous les cas, des films que j'ai le plaisir de revoir et revoir...N'hésitez pas à me dire les films que vous aimez dans la liste et ceux qui pour vous n'y sont pas et devraient y figurer !

Top 15 !

15. Gouttes d'eau sur pierres brûlantes

...pour un Bernard Giraudeau absolument génial, la musique de Traüme, les décors et la fenêtre de la fin.























14. Ma vraie vie à Rouen

... pour l'idée originale du journal intime en vidéo et son côté "fait maison".























13.La mauvaise éducation

...parce que Almodovar devait évidemment figurer dans ce top.

LA MALA EDUCACION






















12. Juste une question d'amour

...pour la justesse du propos, idéal à proposer à ses parents pour un coming out.

juste une question d'amour film dvd






















11. Crazy

...en souvenir d'une belle surprise !

crazy film






















10. Le talentueux Mr Ripley

...pour avoir réussi à égaler le "Plein soleil" de René Clément, en revisitant le roman de Patricia Highsmith, et pour sa bande originale exceptionnelle.

Le talentueux Mr Ripley






















9. Sitcom

...parce que c'est le 1er film de François Ozon vu en salle, pour son côté décalé et la scène de l'aubergine.

Sitcom ozon






















8. Torch song trilogy

...un film drôle, émouvant, culte.

Torch song trilogy






















7. Les nuits fauves

...pour le sujet abordé, tabou à l'époque, parce que Cyril Collard est parti trop jeune.

























6. Presque rien

...pour l'affiche "Pierre & Gilles", pour l'été inoubliable et pour un Stéphane Rideau craquant !

























5. A single man

...parce que ce film continue à me hanter depuis 4 mois.

A single man






















4. Les chansons d'amour

...pour le bonheur d'y être retourné le voir en salle plusieurs fois, pour les crêpes au citron.
























3. J'ai tué ma mère

....parce que Xavier est un génie, pour des acteurs exceptionnels, et pour la scène made in Pollock.

J'ai tué ma mère xavier dolan






















2. 8 femmes

...parce qu'il n'y a que Ozon pour filmer une Gaby qui "discute" avec Pierrette, pour ses dialogues cultes, parce j'adoooooooooooore ce film.

8 femmes ozon






















1. Les roseaux sauvages

....pour son histoire initiatique, la révélation d'Elodie Bouchez , de Gaël Morel et Stéphane Rideau.

Les roseaux sauvages téchiné

Il giorno prima della felicità (Le jour avant le bonheur) di Erri de Luca

Il giorno prima della felicità (Le jour avant le bonheur) di Erri de Luca

L'histoire se passe à Naples, juste après 1945. Un jeune garçon, orphelin est élevé par Don Gaetano, un concierge. Régulièrement, Il joue avec lui à la scopa, un jeu de cartes, prend plaisir à l'écouter raconter la libération de la ville par les habitants, l'arrivée des américain. Il adore l'école et prend conscience de la chance d'apprendre des milliers de choses. Etant admis parmi les plus grands du quartier, il obtient la place de gardien de but dans l'équipe de foot.
Adolescent, le concierge va aussi l'initier à la sexualité par la rencontre d'une veuve, habitante de l'immeuble. Les années ont passé et le jeune homme se souvient de la jeune fille qu'il observait, enfant, à une fenêtre sans jamais l'avoir rencontrée. Il espère toujours la revoir, jusqu'au jour où le hasard les fait rencontrer. Mais est-ce vraiment un hasard ?

C'est le premier livre de cet écrivain que je lis. J'ai envie de dire qu'ici, l'histoire importe peu, car l'écriture l'emporte. Erri de Luca est amoureux des mots, de sa langue et sait indéniablement la faire partager avec son lecteur. Je me suis laissé happer par les mots, leur poésie et les nombreuses images évocatrices. Un roman initiatique d'une grande simplicité et d'une profonde sincérité. Le jeune homme apprendra à goûter et à apprivoiser le bonheur, mystérieux sentiment parfois éphémère.

Une très belle découverte.

Plein soleil de René Clément

Plein soleil de René Clément

Le film sort en salle le 10 mars 1960. Il réunit à l'écran Alain Delon et Maurice Ronet (le duo sera reformé 8 ans plus tard dans La piscine de Jacques Deray) et la jeune Marie Lafôret. Le film est tiré du roman de Patricia Highsmith, Le talentueux monsieur Ripley.

Mise à jour 19 juillet 2013
Le film est ressorti en DVD en version restaurée le 10 juillet 2013 (Plus d'info sur le DVD). 

L'histoire :
Tom Ripley (Alain Delon) est envoyé en Italie par Mr Greenleaf, milliardaire américain pour retrouver son fils, Philippe (Maurice Ronet) qui dépense son argent à ne rien faire en Italie avec sa compagne, Marge (Marie Lafôret).
Tom se fait passer pour un ancien copain d'école de Philippe. Celui-ci est amusé par Tom, car il comprend vite la supercherie mais joue le jeu, ne comptant pas revenir en Amérique. Les deux "amis" profitent de la situation et de l'argent du père. Philippe l'entraîne dans ses aventures à Rome. Il est fasciné par ce Tom prêt à tout pour le faire revenir, lui fait croire qu'il sont amis tout en ne cessant de l'humilier. Jusqu'au jour où Philippe commence à comprendre que ce jeu devient malsain. Leur viré à 3 à bord d' un bateau est l'occasion pour Tom de mettre son plan à exécution. Débarquant Marge à terre, Tom assassine Philippe et usurpe son identité et endosse sa personnalité à la perfection.


La réussite du film repose sur l'adhésion du spectateur pour Tom, ce personnage ambiguë et sa réussite dans l'usurpation d'identité. René Clément prend son temps, filmant amoureusement l'Italie est sa chaleur, ses petits ports et la ville de  Rome. J'ai revu ce film, avec beaucoup de plaisir, découvrant de nouveaux détails. Alain Delon n'a jamais été aussi beau. Une critique intéressante ici.


La bande d'annonce d'époque vaut le détour :)


Le réalisateur offre une parenthèse à son film avec une scène où Tom déambule dans le marché de Mongibello. A première vue elle n'apporte rien à l'intrigue elle même mais beaucoup à l'atmosphère du film et souligne la solitude de Ripley. Je vous laisse découvrir.



La musique est signée Nino Rota. Cette B.O.F. est disponible chez Emarcy dans la très bonne collection Ecoutez le cinéma.



Le jour et l'heure de René Clément

Le jour et l'heure de René Clément
























Le film sort en salle le 5 avril 1963.

1944. Thérèse Dutheil (Simone Signoret) qui malgré elle participe à la résistance en aidant un aviateur américain, Allan Morley (Stuart Whitman) à rejoindre l'Espagne.


















 La resistance et la question de l'engagement sont des thèmes chers à René Clément qui réalise film de grande qualité. Il offre à Simone Signoret un très beau rôle qu'elle joue à la perfection. Michel Piccoli y joue aussi un petit rôle (celui d'un résistant) mais quand bien même déclencheur dans les choix de Thérèse Dutheil.






















 A noter que le comité de censure de l'époque accepta la sortie de ce film mettant en scène pour la première fois au cinéma une police française collaboratrice, mettant fin au tabou sur cette partie sensible de l'histoire.

La musique est signée Claude Bolling (Borsalino, Les brigades du tigre....).

Coffret François Truffaut

Coffret François Truffaut
























Nouvel arrivage From the avenue....Le coffret contient :

 - Histoire d'Adèle H.
 - La Chambre Verte
 - La Sirène du Mississippi
 - L'Homme qui aimait les Femmes
 - La Mariée était en noir
 - L'Argent de poche
 - L'Enfant sauvage

Même si je préfère de loin les films de François Truffaut édités par MK2, ce coffret contient quelques perles (comme La mariée était en noir)  et des films que je n'ai encore jamais vu (La chambre verte, Histoire d'Adèle H.).

Il bell'Antonio (Le bel antonio)

Il bell'Antonio (Le bel antonio)

Présentation de l'éditeur :

Le bel Antonio qui fait la fierté de ses parents est incontestablement le plus joli garçon de la ville. Aussi bien n’éprouve-t-il aucune difficulté pour devenir l’époux de la plus belle et plus riche jeune fille des environs. Mais après trois ans d’apparente félicité, la jeune épouse apprend grâce à une servante indiscrète ce que devrait être sa vie conjugale et sexuelle. C’est ainsi qu’éclate l’abominable vérité : l’épouse est toujours vierge, le mariage est blanc. Viennent alors le scandale, la disgrâce d’Antonio, le désespoir de son père et surtout la démonstration éblouissante que les divorces à la sicilienne peuvent être d’une cocasserie tragique…

Le roman comporte de nombreux dialogues jubilatoires entre les deux familles ennemies qui tentent de sauver leur honneur face au problème insoluble de leurs enfants.Un certain grotesque parsème le livre, contrairement au film dont l'humour est moins présent, hormis les scènes de familles qui s'apostrophent au balcon et le tempérament colérique et présomptueux du père d'Antonio, dont la virilité incarne un machisme italien caricatural.

Le livre de Vilatanio Brancati, écrit en 1949 a été adapté au cinéma par Mauro Bolognini en 1960. Claudia Cardinale et Marcello Mastroianni partage ce film qui remportera Le Léopard d'or au festival de Locarno.
Le scénario est signé Pier Paolo Pasolini et Gino Visentini. Certains plans sont prodigieux. Dommage que la version du dvd ne comporte aucun bonus :( !

Une critique ici très intéressante pour ceux qui veulent en savoir plus..


Ouverture de Etienne Daho


















Ouverture est le premier titre de Corps & armes (2000),un album que j'affectionne particulièrement.

Etienne Daho - Ouverture.mp3


Il n'est pas de hasard,
il est des rendez-vous,
pas de coïncidence
Aller vers son destin,
l'amour au creux des mains,
la démarche paisible
Porter au fond de soi,
l'intuition qui flamboie,
l'aventure belle et pure
Celle qui nous révèle,
superbes et enfantins,
au plus profond de l'âme

Porté par l'allégresse,
et la douceur de vivre,
de l'été qui commence
La rumeur de Paris,
comme une symphonie,
comme la mer qui balance

J'arrive au rendez-vous,
dans l'épaisse fumée,
le monde me bouscule
Réfugié dans un coin
et observant de loin
la foule qui ondule
Mais le choc imminent
sublime et aveuglant
Sans prévenir arrive

Je m'avance et je vois,
que tu viens comme moi,
d'une planète invisible
Où la pudeur du cœur,
impose le respect
la confiance sereine
Et plus tu t'ouvres à moi
et plus je m'aperçois
que lentement je m'ouvre
Et plus je m'ouvre à toi
et plus je m'aperçois
que lentement tu t'ouvres

Il fut long le chemin
et les pièges nombreux
avant que l'on se trouve
Il fut long le chemin
les mirages nombreux
avant que l'on se trouve
Ce n'est pas un hasard,
c'est notre rendez-vous
pas une coïncidence.