Le paradis des animaux de David James Poissant

Le paradis des animaux de David James Poissant - Nouvelles traduites de l'américain par Michel lederer - Terres d'Amérique - Albin Michel - 2015

Douze nouvelles autour du couple et de la famille, et des liens forts mais pouvant être mis à rude épreuve par la brutalité de l'amour. Léa Touch Book m'avait donné envie, je ne le regrette pas ! 

Moi qui lit peu de nouvelles, ce recueil m'a rappelé que ce genre littéraire trouve ses maîtres de l'autre côté de l'Atlantique. Ces nouvelles m'ont donné envie d'en lire plus souvent. C'est d'ailleurs ce que je ferais prochainement avec 20 + 1 short stories ou bien Dix petits indiens d'Alexie Sherman. Mais revenons à David James Poissant dont l'écriture m'a vraiment séduit.

Le style de David James Poissant m'a convaincu : il maîtrise son récit, avec un naturel désarment, réussi à vous faire aimer ses personnages, à vous toucher simplement.

Tout d'abord, la première nouvelle L'homme-lézard m'a conquis direct. L'histoire d'un père de famille qui découvre l'homosexualité de son fils et qui ne semble à priori par très enjoué de la situation. Une virée en pick-up improbable avec une rencontre animalière plutôt inattendue ! 

La terrible et dernière nouvelle Le paradis des animaux répond à la première où l'on retrouve ce père et son fils. Un dernier voyage, une rédemption. J'ai refermé le livre la larme à l’œil. C'est tout juste magnifique.

Les personnages de David James Poissant sont à un tournant de leur vie, en bascule, sur le point d'exploser. L'énergie du désespoir les fait rebondir pour le meilleur ou pour le pire. Ils sont incroyablement humains, avec leurs failles, leur force, leur jugements, leurs certitudes. Recoller les morceaux, tenter une nouvelle forme de communication, espérer un virage plus optimiste, être libéré affectivement... Mais rien n'est si simple. 

Ces histoires auraient pu être tristes ou déprimantes. Elles sont en réalité très vives, électriques, parfois drôles et pathétiques à la fois. Elles dégagent une puissance qui m'ont beaucoup ému, bousculé. Pas facile dans ces cas là d'en parler. Mention spéciale aux nouvelles Amputée, Remboursement ou encore Les nudistes.


Le paradis des animaux de David James Poissant - Nouvelles traduites de l'américain par Michel lederer - Terres d'Amérique - Albin Michel - 2015


Commentaires

In Cold Blog a dit…
Si mes yeux m'ont piqué à la dernière nouvelle, c'est "100 % coton" qui m'a fait couler une larme :-)
Guillome a dit…
@In cold blog : 100% coton est la plus cruelle je trouve. Rude !
Léa TouchBook a dit…
Ce recueil est génial !!
krol a dit…
J'aime les bons recueils de nouvelles, celui-là a l'air d'en être un ! je note !
Guillome a dit…
@Léa : cela faisait longtemps qu'un recueil de nouvelles ne m'avait pas autant plu !

@Krol : j'espère qu'il te plaira !
Jérôme a dit…
Il m'attend depuis qu'In Cold Blog l'a chaudement recommandé. Je suis certain qu'il va me plaire !
Guillome a dit…
@Jérôme : n'attend pas trop, ça va refroidir ;-) bonne lecture !
joseph a dit…
"Des sourires et des hommes", ou c'et plus noir? je note dans mes envies de lectures d'été!
Guillome a dit…
@Joseph : ce n'est pas noir, c'est juste la vie !