vendredi, août 27, 2021

Relire A la recherche du temps perdu de Marcel Proust en 2021


Relire A la recherche du temps perdu de Marcel Proust en 2021 et pour la première fois du millénaire, c'est comprendre mieux ce qui s'est joué depuis mon adolescence.

C'est traverser le temps de manière fulgurante et apprécier plus pleinement l'infini de cette œuvre brillante, unique, magique, merveilleuse et stellaire.

Alors, oui, il y a l'histoire (les histoires d'amours déçues). Et il y a aussi l'Histoire (celle des bourgeois et de la noblesse entre la fin du XIXème siècle et le début du XXème ainsi que le poids terrible de l'affaire Dreyfus et ses innombrables conséquences notamment sociales).

Mais avant toute chose il y a en particulier une compréhension exceptionnelle de l'existence. Au sens plein : "exit stare", s'extraire de la stase, sortir de la stabilité. C'est ainsi un inoubliable roman de la déliquescence du monde, des hommes et des femmes, de la nature, de l'art et finalement de la vie. 

C'est donc un livre qui nous révèle à nous même, qui part du particulier pour atteindre totalement à l'universel. Pour s'en convaincre voici deux paragraphes qui me bouleversent aujourd'hui encore plus qu'hier :


Alors oui, bien sûr, je relirai ce chef-d'œuvre probablement encore dans ma vie et je serai sûrement troublé de constater à nouveau à quel point c'est une leçon inestimable que je vous conseille plus que vivement vous l'aurez compris.

2 commentaires:

joseph a dit…

Proust m'a laissé un souvenir de phrases structurées mais d'une longueur inhabituelle surtout dans les romans actuels * mais qui étaient tellement précises dans la description des petits faits de l'existence ( ah, ces Lagarde et Michard des éditions Bordas !)
*exception faite de Michel Butor et le nouveau roman, qui avait supprimé tous les signes de ponctuation et notre professeur de littérature de dernière année -la rhéto pour les latinistes et première pour les matheux - m'ayant confié la lecture à haute voix de son roman "La modification " !

uvdp a dit…

Je relis La Recherche tous les 10 ans . Pour moi , c'est une encyclopédie comme la Comédie humaine de Balzac .