Champ d'honneur de Françoise Hardy
























il y a des jours où c’est trop, la coupe est pleine
mauvaises nouvelles, catastrophes à la chaîne
où l’on voudrait disparaître, mettre un terme
à cette vie de labeur et de peine…
sans plus de remords
qu’un vieux cheval mort…
mais que tu tombes ou non au champ d’honneur
pas plus de vaincus que de vainqueurs
retour en beauté à l’envoyeur
du chemin de croix avec des fleurs …

il y a des nuits d’insomnie garantie
où l’on se tourne, retourne dans son lit
à l’horizon, ni solution ni sortie
et dans le corps une drôle d’inertie
pas plus de ressort
qu’un vieux hareng saur…

que tu tombes ou non au champ d’honneur
que l’on t’oublie vite, que l’on te pleure
il n’y a pas de prix pour la douleur
pas plus de vaincus que de vainqueurs…
avant qu’on claque
là, tout à trac
vider son sac
comme ça en vrac …

que tu tombes ou non au champ d’honneur
pas plus de vaincus que de vainqueurs…

Pierre, Paul ou Jacques,
la crise, le krach
foutu mic mac
rien dans les bacs
massive attaque
le feu au lac…
Joyeuses Pâques !

Commentaires

Syl./Gay Cultes a dit…
Dernier album excellent !
nous l'écoutons en boucle sans nous en lasser...