Caos calmo (Chaos calme) de Sandro Veronesi

Caos calmo (Chaos calme) de Sandro Veronesi

Scène d'ouverture : Pietro Palladini et son frère sont à mer et portent secours à deux jeunes femmes qui sont en train de se noyer. Pietro manque d'y passer aussi mais réussi finalement à sauver l'une d'elles. Arrivés sur la plage, les attentions se portent sur les deux filles et tout le monde oublie les deux sauveteurs héroïques. De retour à la maison, une ambulance est là, la femme de Pietro vient de décéder.

15 jours plus tard, c'est la rentrée des classes, et Pietro, jeune veuf décide de rester toute la journée devant l'école de sa fille. Mais cette journée à l'attendre va se répéter le lendemain, puis le jour suivant et cela pendant des semaines. Sa voiture garée près de l'établissement scolaire va devenir son bureau. Pietro préfère rester ici pour sa fille et surtout pour éviter l'ambiance tendue et électrique de son travail où une fusion s'annonce avec son défilé de licenciements.

Mais ce qu'il n'avait pas prévu, ce sont les venues de sa belle-soeur, de ses collègues et autres personnes qui vont, tour à tour déverser sur lui tous leurs malheurs. Face à son deuil, il s'étonne de réagir "anormalement". Il n'arrive pas avoir du chagrin, ou du moins à l'exprimer. Il reste calme en apparence et gère aux yeux de tous très bien la situation. Mais cela semble suspect. Car le chaos est bien là, dans sa tête.

Voici un roman dont on a beaucoup parlé il y a 2 ans lors de sa sortie en France. Les critiques ont été assez bonnes, ils me semble.

Et il est vrai que ce roman se laisse lire agréablement. L'histoire étant assez atypique. Je me suis demandé où l'écrivain allait nous emmener avec Pietro qui passe ses journées en face de l'école de sa fille. Il apparaît comme un vrai consolateur aux yeux de beaucoup alors qu'il est censé vivre une situation très douloureuse. Alors évidemment le décalage entre les petits problèmes de chacun et son deuil crée des situations tragi-comiques. Le roman oscille entre la légèreté et des moments plus émouvants et graves.

Néanmoins, certains passages m'ont parus assez longs et parfois indigestes surtout lorsque l'on comprend (assez rapidement) les techniques de narration. L'auteur entrecoupe presque systématiquement les dialogues entre son anti-héros et ses confidents par les digressions de ses pensées qui sont diamétralement opposées à la conversation en elle-même. Cela donne un côté savoureux et plaisant, et à d'autres moments un côté répétitif.

La fin est assez convenue et le lecteur devine que tout va rentrer dans l'ordre des choses et reprendre son rythme normal. Une parenthèse dans la vie d'un homme d'aujourd'hui. Alors 500 pages pour en arriver là, pourquoi pas. Mais un peu plus court aurait été bienvenu.

Ce roman a reçu en France le Prix Fémina du roman étranger en 2008. Il a aussi été récompensé en Italie par le Prix Strega en 2006. Le roman a été adapté en film avec comme acteur principal, Nanni Moretti.

Pour info :
Dernièrement le Prix Strega est de plus en plus discrédité tandis que le Prix Campiello est devenu “Le” prix littéraire (au même titre que le Goncourt en France). Les livres primés sont souvent “superficiels et grand public” et manquent de vraies qualités littéraires.
En 2006, Le Corriere della sera a révélé les coulisses de la victoire du livre Chaos Calmo. Le “grand sponsor de ce livre” était Walter Veltroni, à l’époque maire de Rome et ami personnel de l’auteur. “Veltroni a impliqué la Mairie de Rome dans l’achat de la villa des Bellonci dans le beau quartier des Parioli, siège du prix, qui risquait sinon d’être délogé. Un geste d’affection culturelle auquel, dit-on, Annamaria Rimoaldi, la patronne du Strega, a répondu en pilotant la victoire de Veronesi” (Corriere della sera, 7 juillet 2006).
Cet épisode n’a certainement pas contribué à redorer le blason de ce prix.
(source : Italie à Paris.net)

Commentaires

Kathel a dit…
Tout à fait d'accord, je lui avais trouvé aussi des longueurs... même s'il n'est pas inintéressant.
Je te conseille un autre roman du même auteur mais dans un univers complètement différent "Terrain vague" avec mon avis sur le blog :)