Les clochards célestes de Jack Kérouac

Les clochards célestes de Jack Kérouac

The Dharma bums (les clochards célestes) est la suite directe de On the road (Sur la route).

Kérouac rédige le livre à l'automne 1957. Le roman débute par son retour du Mexique et arrive à San Francisco pour y retrouver son ami Allen Ginsberg.  Ce dernier l'introduit dans la communauté des poètes. Kérouac assistera à la première lecture publique, à la galerie Six, le 13 octobre, du poème mythique de Ginsberg : Howl for Carl Solomon, l'un des textes fondateurs de la Beat Generation.

Ensuite, Kérouac accepte l'invitation de Gary Snyder et John Montgomery à une ascension dans les Rocheuses. C'est là l'occasion d'une expédition traitée selon "la folie zen".

Le roman raconte l'amitié de Gary Snyder (poète-bouddhiste, Japhy Ryder dans le roman) et de Jack kérouac (Raymond Smith) à la recherche du Dharma ou de la vérité. Entre expéditions en montagnes, réflexions sur le bouddhisme et soirées d'orgies et de luxure, ce livre se veut chronique d'une temps béni qui ne le fut peut-être pas. Les clochards célestes, comme Le Vagabond solitaire, présente la vision optimiste des comportements d'une génération dont les textes allaient bouleverser les moeurs.

Extraits choisis :

"Mes muscles étaient douloureux et j'avais des crampes d'estomac, mais la naissance, la vie et la mort me semblaient justifiées, ce soir là, par la présence des rochers noirs alentours et le fait que deux jeunes gens sincères étaient assis, en train de méditer et de prier le monde, en un lieu où ils n'avaient à attendre ni paroles douces, ni baisers apaisant. Amis, quelque chose surviendra, sur cette Voie lactée de l'éternité, qui s'étend devant les yeux dessillés de nos fantômes. J'eus envie de communiquer à Japhy toutes mes pensées mais je savais qu'elles étaient sans importance et qu'en outre il les connaissait, de toute façon. Le silence est une montagne dorée."

"Je me sentais de nouveau heureux, plus heureux que jamais depuis des années, depuis mon enfance. J'étais lucide, joyeux et solitaire. Je chantonnai "tralala lalère" en me promenant à la ronde, jouant au football avec des cailloux. Puis ce fut mon premier coucher de soleil - inoubliable. Les montagnes se couvrirent de ruchés, comme d'anciennes cités, au temps de la splendeur de l'empire de Bouddha."

Quelques textes essentiels pour découvrir l'univers de la Beat Generation :

Jack Kerouac est un des représentants de la Beat Generation, mouvement qui est né de la rencontre en 1943-1944 avec Allen Ginsberg (1926-1997) et William Burroughs (1914-1997). Ce trio fréquente le monde des marginaux et des drogués de Times Square, se frotte à la petite pègre et découvre le jazz de Harlem. L'adjectif « beat » avait initialement le sens de « fatigué », « cassé », mais Kerouac y ajouta la connotation paradoxale de « upbeat » (positive). La Beat Generation fut un véritable mouvement libertaire, social et culturel. Ses membres s'engagèrent dans une créativité rigoureuse et libertaire dont les œuvres majeures sont Howl de Ginsberg, Le festin nu de Burroughs, et Sur la route, de Kerouac.

Aucun commentaire: