20th century boys de Naoki Urasawa


J'avais adoré le manga Monster, du même auteur. Je peux enfin me mettre sous les dents cette série parue il y a déjà quelques années. Le point commun entre les deux séries : découvrir l'identité d'un homme, un enfant devenu adulte.

20th century boys est une référence du genre et déjà un classique. C'est une enquête à mi-chemin entre la science-fiction et le fantastique. Le lecteur navigue entre de nombreux flashback (de l'enfance du héros, Kenji en 1970, en passant par 1997 où débute le récit, 2000 et 2014). Le découpage du scénario est calculé au millimètre près assurant un suspens insoutenable. Le mangaka, Naoki Urasawa joue sur les nerfs du lecteur qui dévore le tomes les uns après les autres.
Le fait de commencer une série publiée complètement me permet de me jeter dedans sans être frustré d'attendre le prochain tome à paraître.
Série en 22 tomes + 21th century boys (2 tomes).

Début de l''histoire : 
1997, Kenji dirige un convini et porte constamment sur le dos le bébé que sa soeur lui a confié avant de disparaître mystérieusement. La mort d'un ami d'enfance va réunir la bande de copains qui, lorsqu'ils avaient dix ans, construisaient le monde avec des yeux d'enfants. Ami, le gourou d'une secte, va croiser le chemin de nos amis sans raison apparente... mais pourtant il semble être en étroite relation avec leur passé. (source Manga news)

Naoki Urasawa est un auteur de mangas né le 2 janvier 1960 Remarqué dès ses débuts pour son talent, il ne devient réellement célèbre qu'à la fin des années 1980 avec Master Keaton et plus encore au milieu des années 1990 avec Monster puis 20th Century Boys, dont les traductions en français lui ont assuré une grande reconnaissance dans le monde de la bande dessinée francophone.
Maître de la conduite du récit, il a reçu le prix du meilleur jeune mangaka de l'éditeur Shogakukan en 1982, puis fut récompensé par le prix Kodansha, par 2 grands prix culturels Osamu Tezuka et par un prix à Angoulême. (source wikipédia)

Allez aussi faire un tour sur le blog Rana toad, ça vaut le détour !

Aucun commentaire: