Les meurtres de Molly Southbourne de Tade Thompson - Prix Julia Verlanger 2019


Molly est frappée par la pire des malédictions. Aussi les règles sont-elles simples, et ses parents les lui assènent depuis son plus jeune âge.
Si tu vois une fille qui te ressemble, cours et bas-toi.
Ne saigne pas.
Si tu saignes, une compresse, le feu, du détergent.
Si tu trouves un trou, va chercher tes parents.
Molly se les récite souvent. Quand elle s’ennuie, elle se surprend à les répéter sans l’avoir voulu… Et si elle ignore d’où lui vient cette terrible affliction, elle n’en connaît en revanche que trop le prix. Celui du sang.(présentation de l'éditeur

Ça commence dans une cave avec une fille attachée, blessée, torturée. Elle rencontre sa ravisseuse, Molly Southbourne qui tient à lui raconter son histoire.

Le lecteur va alors suivre la vie de Molly depuis son enfance jusqu'à l'âge adulte. Elle vit avec ses parents dans une ferme isolée. Ils l'entourent de mille soins au vu de son étrangeté : dès qu'elle perd un peu de sang (coupure par exemple) un double d'elle-même est généré et tente aussitôt de la tuer. 

Ça ne va pas être de la tarte pour la jeune fille qui suit à la lettre les recommandations de ses parents : consignes strictes pour survivre : ne pas saigner, si c'est la cas, asperger la plaie et le sang de détergent. Du coup, on se demande vraiment comment elle va pouvoir avoir une enfance et une vie adulte normales. 

Autant vous dire que j'ai lu cette novella d'une traite parce que le postulat de départ est dingue et que Tade Thompson par son style vous happe dès le départ. Une envie irrépressible de tourner chaque page de plus en plus vite.

L'horreur et le gore ne sont jamais bien loin. Mais sans descriptions dégueulasses mais plutôt du genre à vous faire sursauter et à vous laisser en tension permanente. Au delà du malaise psychologique qui s'insinue en vous, le roman est plus profond qu'il n'y paraît au premier abord. De part ses thèmes finalement assez classiques : apprentissage de la vie, histoire de double, difficulté de l'acceptation de soi, maltraitance du corps, découverte de la féminité. Le tout traité avec intelligence et finesse. 

Tout ça pour vous dire que ce livre est vraiment excellent et que je lirais la suite parue en anglais cet été. Pour les curieux, c'est par ici.

Les meurtres de Molly Southbourne - Tade Thompson - Traduit de l'anglais par Jean-Danièl Brèque - Collection Une heure lumière - Le Bélial - 2019


2 commentaires:

manU_Bouquins a dit…

Pas à dire, ça donne envie !!

Guillome a dit…

@manU : court et efficace, j'ai beaucoup aimé !